13 novembre 2006
par JDCh


AgoraVox: une communauté prête aux Réformes...
















Je suis blogueur depuis Février 2006 et rédacteur Agoravox depuis Mai 2006. Je "poste" en tant que "libéral pragmatique" sur des sujets politiques à dimension économique (les débats sur l'immigration, l'insécurité, le processus de paix au Moyen-Orient ou le mariage des homosexuels sont, en tout cas pour l'instant, en dehors de mon "scope", celui sur le réchauffement climatique commence à m'intéresser bigrement...).

J'ai "posté" une vingtaine d'articles sur Agoravox et j'ai pris le temps ce week-end de faire un relevé des scores d'intérêts (article intéressant? oui/non), du nombre de votes et du nombre de commentaires ayant suscité ces différents "brûlots ultra-libéraux" comme aimeraient à les décrire nos collectivistes de tous poils chantres de la Pensée Unique et soit disant détenteurs du "monopole du coeur".

Faire parler ces chiffres présente de nombreux biais, rappelés ci-dessous, mais, puisqu'une plate forme comme Agoravox constitue un nouvel outil dans une démocratie qui mérite rénovation, j'ai pris le risque d'essayer de tirer de cette interaction avec la communauté Agoravoxienne des enseignements qui pourraient être utiles à nos candidats à la Présidentielle si tant est qu'ils souhaitent être audacieux...

Premier biais, la communauté des rédacteurs, commentateurs et "voteurs" Agoravox, parce qu'il s'agit de personnes utilisant beaucoup Internet (et y ayant, pour une partie, accès depuis leur lieu de travail ou pendant la journée), est constituée d'une population plus jeune, moins "classe laborieuse" et moins rurale que la population Française ne l'est: en étant provocant (et j'aime l'être), plus proche de la France de demain que de celle d'aujourd'hui.

De plus, il s'agit d'une communauté qui a envie de contribuer, qui aime débattre et qui pense que cela peut avoir une utilité: moins résignée que la Nation Française, elle voudrait, dans son ensemble, faire avancer le "schmilblick" et ne sombre pas dans la contestation ou dans le rejet pur et simple. Cette dernière précision est d'importance pour ceux qui se souviennent du 21 avril 2002 (29% des suffrages exprimés étant allé à l'extrême droite -19%- ou à l'extrême gauche -10%- sans compter les 3% de Robert Hue et les 4% de Jean Saint Josse ce qui nous amènerait à 36%)...

Dernier biais important, la question posée est "article intéressant ?" et non pas "êtes vous d'accord avec cet article ?": petite suggestion à MM Revelli et de Rosnay, ajouter un bouton "d'accord/pas d'accord?" serait sans doute bienvenu... Il faut donc re-traiter de façon totalement empirique le cas des honnêtes gens ayant admis qu'un article était intéressant alors qu'ils sont en désaccord avec son contenu. J'ai fixé le coefficient arbitrairement à 5/7... Autrement dit, si plus de 70% disent que c'est intéressant, cela est interprété comme 50% sont tout à fait d'accord, plutôt d'accord ou, en tout cas, pas en désaccord.

Ci-dessous les résultats bruts:

Gamelle, gabelle et game over (92%, 26 votes, 12 réactions)
Déficit de l'intermittence (84%, 109 votes, 35 réactions)
Les vessies et les lanternes de Fabius (81%, 190 votes, 42 réactions)
Rémunérations des grands patrons (81%, 98 votes, 109 réactions)
Airbus:...le "crash" (81%, 173 votes, 63 réactions)
Actionnariat salarié (80%, 42 votes, 11 réactions)
Fusions-acquisitions (80%, 36 votes, 27 réactions)
Les privatisations (79%, 63 votes, 26 réactions)
Université tristesse (78%, 125 votes, 98 réactions)
La prime pour l'emploi (72%, 95 votes, 73 réactions)
Adieu chères Sécu et Unedic (71%, 142 votes, 109 réactions)
Retraites du secteur public (71%, 342 votes, 222 réactions)
La France est innovante (66%, 39 votes, 8 réactions)
Les mensonges (56%, 95 votes, 23 réactions)
Petite parabole automobile (51%, 157 votes, 58 réactions)
Logement social (50%, 131 votes, 51 réactions)
L'Europe qui gagne (46%, 62 votes, 17 réactions)
Aidons le capitalisme (45%, 194 votes, 310 réactions)
L'Europe c'est fini (42%, 100 votes, 57 réactions)
L'Olympique Lyonnais en bourse (33%, 83 votes, 14 réactions)
(Relevé le 4/11/2006 à 9:00)

Rappelons que la thèse générale de l'ensemble de ces "posts" est que la France va droit dans le mur "en klaxonnant" et que les seules solutions pour éviter le "crash" sont:

  • une compréhension et une appropriation par le plus grand nombre (et pas simplement par une soit-disant élite) des phénomènes économiques liées à la mondialisation, au capitalisme, au libre-échange et tout simplement à l'entreprise;
  • une politique de réformes lourdes de notre "modèle Français" issu des 30 glorieuses qui est "ringardisé" par les changements de ce début de siècle et, surtout, qui court à la faillite comptable sans espoir de redressement dans la continuité;
  • une mise hors d'état de nuire des corporatismes égoïstes, résultant de notre système et de ses difficultés, et ce, que ces corporatistes soient syndicaux, générationnels et/ou purement élitistes.

Mon analyse subjective des chiffres ci-dessus complétée par une relecture d'une bonne partie des commentaires permet de classer les sujets en 3 catégories:

Les sujets "on s'en fout"...

La baisse de la taxe sur les baby foot et flippers fait certainement partie des anecdotes. Si elle n'intéresse pas grand monde, les lecteurs sont visiblement, dans leur immense majorité, d'accord avec le "trop d'impôt tue l'impôt et le business". Bonne nouvelle...

La liberté donnée aux clubs de football de rentrer en bourse est également un sujet marginal. Par contre, les lecteurs semblent très défavorables à cette "financiarisation" du sport numéro 1. Le plus mauvais score... Etonnant !

Malheureusement, les politiques favorisant l'innovation ou l'actionnariat salarié ne sont pas mobilisatrices. Personne n'est absolument contre mais le scepticisme semble de mise. Cela concerne sans doute trop peu de monde de façon concrête. Vraiment dommage...

Les sujets qui fâchent...

Envisager la privatisation progressive du logement social (qui est un thèse peu courue) pour pouvoir en construire de nouveaux en plus grande quantité (quitte à déloger ceux qui n'y aurait plus droit) ne semble pas faire l'unanimité du tout. Il faut dire qu'un Français sur quatre habite dans un logement social. L'idée est peut-être trop neuve ou trop financière...

L'Europe est clairement un sujet qui fâche. Même quand l'équipe Européenne bat les États-Unis lors de la Ryder Cup, ça n'est pas intéressant. Penser que le "non" au référendum était une réaction d'humeur est une erreur. Les Français n'aiment plus l'Europe. Laissons la poussière retomber...

Le "capitalisme mondialisé" ou la "mondialisation capitaliste" est aussi un sujet d'âpres débats: le fait qu'il offre des opportunités à la France n'est pas consensuel, le fait que nos hommes politiques, dont nous attendons beaucoup trop en la matière, soient totalement impuissants est peut-être l'explication. A chacun de voir comment se positionner...

Je considère enfin comme maladroite ma "parabole automobile" qui m'a valu des insultes "hors sujet" de type "pollueur" ou "sale richard". Il faut éviter les paraboles dont le format est générateur d'incompréhension et, en plus, la "liberté individuelle" semble être un sujet dont les Français se fichent visiblement totalement ! Un coup d'épée dans l'eau...

Les sujets qui donnent de l'espoir...

Le "ni-ni" et l'économie mixte de Miterrand semblent avoir fait leur temps. Les privatisations semblent bien vécues. La nationalisation de Suez prônée par Fabulius le décrédibilise fortement (à moins qu'il ne le soit déjà)... Le désengagement complet de l'Etat, que je prône par exemple pour EADS, évitant à un Etat actionnaire d'être un mauvais gestionnaire semble même devenir consensuel. A continuer...

Nos systèmes sociaux coûteux et déficitaires préoccupent nos compatriotes. Mettre la Sécu ou l'Unedic en concurrence avec des assureurs privés, remettre en cause la prime pour l'emploi pour cause d'inefficacité, revisiter le régime des intermittents du spectacle afin de trouver des solutions viables économiquement ne semble plus "tabou". Osons...

Réduire l'inéquité (j'évite le mot "inégalité") aussi bien du côté des grands patrons trop cupides que de celui des retraites des fonctionnaires et salariés du secteur public trop privilégiés par rapport aux salariés du secteur privé paraît politiquement acceptable. Allons-y...

Réformer l'Université qui se fossilise en formant des générations de chômeurs: nouvelle gouvernance, professionalisation des filières, sélection à l'entrée, suppression de la gratuité... sont apparemment les bonnes pistes. Le problème est reconnu. Ca va chauffer avec les syndicats enseignants mais on peut le faire...

Conclusion:

Bien évidemment, cette analyse présente tous les biais décrits plus hauts, et il peut m'arriver de prendre mes désirs pour des réalités. Ceci dit le raisonnement est juste au moins en relatif d'un sujet par rapport à l'autre.

Autrement dit pour le chantre de "l'aptitude au changement" que je suis, il m'est difficile de croire que la majorité des Agoravoxiens soit contre tout changement !

Si cette hypothèse est juste, un candidat, pris d'une forme de franchise inhabituelle, qui déclarerait:

  • la mondialisation, je constate qu'elle est un fait avéré contre lequel je ne peux pas grand chose sauf de constater qu'il faut nous bouger les f...
  • l'Europe est un beau rêve mais laissons la en jachère quelques temps...
  • l'Etat fait trop de choses mal, continuons à privatiser ce qui doit l'être...
  • les déficits budgétaires et sociaux sont intenables, il faut revisiter et réformer nos systèmes sociaux et administratifs en visant à une plus grande équité (ndr: ne pas lire égalité) et une bien meilleure performance économique...
  • l'Université Française (ndr: et sans doute l'Education Nationale toute entière) est malade et la soigner en la changeant profondément est une priorité absolue...

serait soutenu par une majorité d'Agoravoxiens !

Pour confirmer ou infirmer la pertinence de mon propos, comme j'aime bien le risque, vous pouvez voter en cliquant sur le lien ci-dessous:

D'accord ? Pas d'accord ?

Si j'obtiens plus de 50% de "tout à fait" et "plutôt", mon analyse sera un peu validée, sinon j'irais me rhabiller !

Rédacteur Agoravox



3 Comments:

At 1:02 PM, novembre 13, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

"les politiques favorisant l'innovation : on s'en fout... "

Il y a une incomprehension lourde car aux usa la moitie de la croissance de longue periode en vient!

Pas d'innovation ET pas de croissance.

Pas de croissance (ou en dessous de 2%) pas d'emplois...

Pas d'emplois pas de ressources et pas de decrue du secteur public relativement au secteur prive, dit autrement pas d'espoir de reduction des fiscalites... pas de moyen de reformer, pas de marge de manoeuvre... dans un pays deja endette qui s'est endette pour rien!

!? Messieurs et mesdames les francais vous habitez dans un monde "plat" autour duquel tout tourne ?!

Juste un petit decalage dans le temps.

 
At 5:44 PM, novembre 13, 2006, Anonymous Bef a dit...

Tout à fait d'accord (en général) avec vos analyses, vos commentaires et les pistes que vous proposez. Mais je ne suis pas vraiment sûr que ce soit le cas d'une majorité d'AgorVoxiens !
Continuez, continuons, c'est la bonne voie.

 
At 11:32 AM, novembre 14, 2006, Anonymous Charles André a dit...

@l'auteur,

Je ne connaissais pas vos articles mais je vois que nous partageons exactement le même souci : promouvoir les réformes structurelles nécessaires pour que la France s'engage dans le 21ème siècle en dépassant un modèle économique (et administratif) obsolète, qui fit notre succès lors des 30 Glorieuses mais qui aujourd'hui pèse terriblement à l'ère de l'économie de l'innovation, de la réactivité, des territoires et de la participation...

Il faut notamment libérer les Universités, régionaliser l'économie, développer de véritable clusters...

Je suis d'accord avec vous, et La France injuste le soulignait bien, les corporatismes nous minent et font la loi dans notre pays. Au niveau politique, il faut forcer le renouvellement de la classe politique et, surtout, mettre fin aux privilèges exorbitants que détiennent les fonctionnaire sur la scène élective.

Faites un tour sur notre blog "Jusqu'ici, tout va bien" : http://www.touvabien.typepad.com.

Ainsi, et surtout, que chez Energies2007 et Christian Blanc : www.energies2007.com. L'Appel lancé par Christian Blanc, pour que les enjeux fondamentaux soient au coeur du débat présidentiel, devrait vous intéresser.

2007 peut marquer le sursaut si nous pesons au maximum.

Dans l'attente de vous lire...

PS : je suis en outre grand fan de foot (joueur et, hélas, supporter du PSG)!

 

Enregistrer un commentaire

 

Links to this post:


Créer un lien

<< Retour homepage