24 avril 2006
par JDCh


Un député qui n'aime pas les sushis

Le groupe Japonais voulait ouvrir un second site à 65 km du canton d'Accous dont ce pathétique député UDF Lassalle est député...

Une affaire d'extension du "business" dans les Pyrénées-Atlantiques transformée en soit disant résistance à une délocalisation...

Les médias qui ont, comme toujours, fait dans le spectaculaire voire la désinformation plutôt que dans l'objectivité...

Le groupe japonais TOYAL qui déclare avoir perdu "toute confiance" en la France...

L'AFII (Agence Française pour les Investissements Internationaux) qui se déclare "trés inquiète" des conséquences de cette affaire notamment vis à vis des investisseurs Japonais en France...

Le contribuable Français (via l'Etat et les collectivités locales) qui paiera les surcoûts liés au fait d'établir les extensions à Accous et non à Lacq...

Notre pathétique président qui «se réjouit de l'accord conclu entre les pouvoirs publics et la société Toyal afin que cette société développe ses activités à Accous»,

...et Bayrou, aussi pathétique que le Président et que son député, qui confirme qu'il a bien compris ce que "liberté d'entreprendre" veut dire...

ON MARCHE SUR LA TETE !

François Bayrou salue "l'héroïsme" de Jean Lassalle

Le président de l'UDF François Bayrou salue "l'héroïsme et le sacrifice" du député centriste Jean Lassalle qui a observé une grève de la faim pour s'opposer à la délocalisation de l'usine Toyal située dans sa circonscription des Pyrénées-Atlantiques.

Dans une lettre à "Jean de là-bas, Jean de la vallée d'Aspe", publiée par le "Journal du dimanche", François Bayrou parle de cette chose "folle et immense" qu'a été le jeûne de 39 jours dans l'enceinte de l'Assemblée nationale.

"Ce n'était pas ce qu'on appelle aujourd'hui 'de la politique', pas des manoeuvres et du faire semblant. C'était quelque chose de très ancien, presque disparu, pas généralisable, et qui s'appelle l'héroïsme et le sacrifice", écrit le président de l'UDF.

Par cette "violence non violente", Jean Lassalle a "fait plier l'acier des volontés économiques et des indifférences politiques", poursuit François Bayrou.

"Pendant ces quarante jours, Jean de là-bas, tu as rallumé une petite flamme très ancienne, qui tremble, qui brille et qui dit qu'il n'y a pas de combats perdus", conclut-il.

Quelques heures après son hospitalisation, le député UDF a annoncé vendredi qu'il cessait sa grève de la faim après la signature d'un protocole dans lequel le groupe japonais Toyo Aluminium s'engage à maintenir ses activités dans son usine Toyal d'Accous (Pyrénées-Atlantiques).



13 Comments:

At 12:15 PM, avril 25, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Mais que cherchent-ils? Ils cherchent à rendre leur petit monde immuable, préservé des étrangers, ne les admettant que temporairement comme touristes. C'est le monde immobile, le paysage, les rites ancestraux, le folklore et il faut bien le dire avec un fond d'intolérance inavoué. Folklore: fier et haut en couleur, le Député chanteur! Les autres Députés expriment leur solidarité, leur gêne également, mais à voix bien trop basse, car tous savent bien ce que ce genre d'initiative dit du lieux.

Gain à court terme, profit politique (car l'acte politique a -enfin- porté ses fruits : dans cet esprit recul de l'économie), panache, sont autant de satisfactions illusoires car vient le plus long terme qui ne se voit pas immédiatement. Exprimons le: anticipation négative quant à la culture du lieux!

Il s'agit en fait d'un choix plus large. Ou bien l'économie immobile et traditionnelle qui vend le paysage ou bien l'économie dans la globalisation. Il y a quelques années un Ministre avait dit "des charrues ou des satellites", nous restons des années plus tard piégés par cette économie du caillou et de ce qui pousse dessus, du paysage... Cette culture de physiocrates qui valut à ce pays une industrialisation tardive et insuffisante sans en adopter la culture. Cette culture s'exprime à nouveau, elle recommence le même « refrain » en une nouvelle vague de développement, la même erreur se profile, des opportunités se perdent et le décalage se creuse.

Si les Députés veulent l'économie immobile alors qu'ils donnent franchement le signal et bien du monde votera avec ses pieds. C'est déjà le cas en diverses provinces d'où l'on part pour travailler, seulement une économie captive y survit, d'ailleurs fortement irriguée par la dépense publique locale, en l'esprit ce sont des phalanstères. Mais irrigués par la dépense publique veut dire financés par des dettes envoyées aux générations montantes.

Si les Députés veulent que leur province participe à la création de valeur dans la globalisation, comprenant qu'elle seule permet de générer la richesse, richesse qui peut être dérivée pour financer ce qui précède (mais raisonnablement), alors notre Député doit être compris comme tirant dans les pieds de toute une génération (celle qui est endettée pour préserver ce petit monde immobile).

Or on entendit bien plus de laudateurs que de critiques dans le microcosme; il aurait fallu une critique sévère, à la hauteur, une réprobation officielle et médiatisée.

Le Groupe Japonais n'eut d'autre choix que de dire qu'il ne voulait pas voir son nom associé aux conséquences (santé) de l'inconséquence d'un représentant de cette belle province...
Rappelons que Province veut dire terre vaincue.

Bref il est sympa le petit village Gaulois entouré de sa barricade, avec son (mauvais) poissonnier haut en couleur, son industrie traditionnelle de forge et son faiseur de monuments sans objet réel, son chef ombrageux lui aussi haut en couleur... Si Astérix est sympathique à beaucoup de gens, il s'agit d'une allégorie. Dans notre monde réel il n'y a pas de potion magique!

Craignons plutôt que le même message maintes fois décliné, la sur-administration, les coûts associés... l'instabilité sociale qui couve, les étudiants en refus de l'avenir, et cette initiative géniale, n'allument définitivement un signal rouge clignotant! On parlera alors d'une économie de Venise, lieux magnifique parlant du passé glorieux et où peu habitent et travaillent.

 
At 4:49 PM, avril 25, 2006, Blogger gandon françois albert a dit...

"pathétique" est le terme exact de jean arthuis pour qualifier cette "affaire"

est ce une référence voulue de votre part ?

 
At 4:52 PM, avril 25, 2006, Blogger JDCh a dit...

J'utilise toujours pathétique pour parler de notre Président et là j'ai trouvé 3 personnages pathétiques ! Belle brochette...

 
At 5:43 PM, avril 25, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Pathétique : relatif à la passion et opposé à comique

Affligeant : pénible et difficilement supportable en raison de sa faible valeur. Lamentable.

Une brochette affligeante. Non?

A propos il sont certainement plus que 3 dans cette brochette!

 
At 10:03 PM, avril 25, 2006, Blogger JDCh a dit...

Affligeant en Français = Pathetic in English !

 
At 1:48 PM, avril 26, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

OK, I wondered if I should deliver this short comment in English or in French. In English I would express about half of what I have in mind. Often the words are coming English or French.

Our pitiful political microcosm.

Je suis tombé sur un texte écrit par Tocqueville. Il parle des dérives des gouvernances telle celle actuelle en ces termes:

" Au dessus de ceux-là (les hommes) s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulière, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu'ils ne songent qu'à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur; mais il veut en être l'unique agent et le seul arbitre; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages; que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ?
C'est ainsi que tous les jours il rend moins utile et plus rare l'emploi du libre arbitre; qu'il renferme l'action de la volonté dans un plus petit espace, et dérobe peu à peu à chaque citoyen jusqu'à l'usage de lui-même. L'égalité a préparé les hommes à toutes ces choses : elle les a disposés à les souffrir et souvent même à les regarder comme un bienfait.
Après avoir pris ainsi tour à tour dans ses puissantes mains chaque individu, et l'avoir pétri à sa guise, le souverain étend ses bras sur la société tout entière; il en couvre la suite d'un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule; il ne brise pas les volontés,mais il les amollit, les plie et les dirige; il force rarement d'agir, mais il s'oppose sans cesse à ce qu'on agisse; il ne détruit point, il empêche de naître; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n'être plus qu'un troupeau d'animaux timides et industrieux (disons plutôt vibrant autour de zéro), dont le gouvernement est le berger. "

Nos "pathetically correct" sont tombés dans le relativisme. On dit ainsi que l'acte voyant et d'apparente justesse est nécessairement héroîque, une média-médiocratie retourne l'erreur en valeur à destination des hommes et au dessus de ceux-là (les hommes) s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul de leur dire la vérité!

 
At 9:03 PM, avril 26, 2006, Anonymous Goldo a dit...

Pathétique Lasalle ? je ne crois pas

Il a fait du bien à tout le monde :

1. Un élu qui est prêt à mettre en péril son intégrité physique pour sa région : Chapeau bas car ce qu’il a fait ne peut être du bluff.
2. Toyal a fait une bonne affaire même sur le dos du contribuable mais au moins cette fois je suis content de payer car le gars qui a défendu son bifteack était courageux.
3. Le message donné par Toyal est valable pour toutes les entreprises : céder si la vie d’autrui est en danger. La limite du business doit être la morale sinon c’est n’importe quoi. Il faut des fois accepter de perdre même quand on a raison. Il sera toujours temps de se rattraper plus tard.
4. Sarko a montré qu’il était malin et super négociateur. On lui demande d’avoir cette qualité.
5. Bayrou ? on s’en fout

C’est naif mais ça fait du bien

 
At 11:23 AM, avril 27, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Certains appelaient ce genre d'individus les "idiots utiles". Il y a également le paysan faucheur, la banquière rouge, le facteur bavard, la souris verte, le(s) fonctionnaire(s) ombrageux fermé(s) borné(s), le haut-fonctionnaire entrepreneur en économie de connivence (branché sur l'endettement), le retraité donneur de leçons, le réformateur immobile...

Tous participent en fait à rendre le système bloqué encore plus bloqué tant que seule une rupture, non pas une reformette, une rupture permettra de sortir ce pays de ces impasses. Une sorte d'art martial où on utilise la force de l'adversaire pour le réduire.

Encore quelques efforts, lutter contre les société de biotechnologies, agiter le principe de précaution de manière à freiner une recherche déjà bien distancée, lancer administrativement des poles de développement économique (jouer l'oxymoron à fond), bref maximiser les moins, minorer les plus et une fois là, constater que plus rien ne marcheant, que tout est à l'envers, le fond de la piscine atteint, on peut enfin donner un coup de rein et remonter. A ce moment là il faudra à l'inverse faire taire ses "idiots ex-utiles"! Cynique? Realiste!

 
At 11:56 AM, avril 27, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Go north to move south! Et faire quand même quelques bénéfices dans cette pente négative, tant politiquement qu'économiquement!

 
At 6:21 PM, avril 27, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Ce jour le berger (député et guide spirituel) rentre à la bergeie. Les moutons l'attendaient...

Lorsque l'on se pense mouton on a un Berger et des chiens de Berger. Il reste un problème, l'Ourse Slovene. Il est certain que le Berger devra prendre son bâton de pelerin pour lutter contre l'Ourse, defendue avec force par un escadron de Gendarmes des Bergers amis de notre Berger. Ubuesque! Je ne sais comment on dit Ubuesque in English, je propose - fort opportunément- Bear garden (pétaudière)!

Lorsque l'on se pense poule on fait son poulailler et on fait le renard. Le renard dans le poulailler c'est l'Etat.

Affaire de bergers, de moutons et d'Ourse, de poules et d'un renard, une pétaudière que Jean de la Fontaine aurait pu décrire. "Le Berger et les Nipponais" "The Bear garden" "A sapper named camembert" (translation : how to shift problems without solving them ; and the art to make 1 + 1 less than 2). It is the part of a good shepherd to shear his flock, not to skin it.

-----

Politics is supposed to be the second oldest profession. I have come to realize that it bears a very close resemblance to the first. Ronald Reagan

 
At 11:31 PM, avril 27, 2006, Blogger JDCh a dit...

Réponse à Goldo.
Oui naïf.
Mettre un Japonais devant un chantage est profondément maladroit et je ne suis pas sur qu'on ait besoin de multiplier les raisons de rendre notre pays inattractif.
Il y en a déjà beaucoup !

 
At 12:12 PM, mai 02, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Emission Complément d'enquête du 1er Mai. France 2 "L'inflexible des Pyrénées".

Alors là nous avons bien vu pourquoi et comment un tel mécanisme se mit en route! On comprend bien mieux comment en ce beau pays nous en arrivons trés bien à ces mécanismes dit entropiques. Aprés cette brillante et courageuse action, l'Etat va subventionner l'entreprise (qui ne le demandait pas) pour un projet qui semble bien être "bancale" industriellement (au dire du Président de l'entreprise qui lui considére que l'on a détruit cinq ans de travail par volontarisme politique et que en fait ceci est inéconomique et strictement aberrant), le politique a "gagné", le contribuable a perdu, au global le pays a perdu la confiance d'investisseurs potentiel.

Mais il faut bien le dire en renforcant la machine a perdre ce fier Député a rendu encore plus nécessaire le changement de système. Nous approchons du fond de la piscine.

 
At 1:38 PM, mai 12, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

le singe la fourmi le heron et le ratrat

http://dinersroom.free.fr/index.php?2006/04/15/142-le-singe-la-fourmi-le-heron-et-le-rat

 

Enregistrer un commentaire

 

Links to this post:


Créer un lien

<< Retour homepage