02 octobre 2006
par JDCh


Débrouillardise et/ou cynisme ?

Vous trouverez ci-dessous un petit dialogue que j'ai eu avec un certain Eric sur Agoravox suite à mon "post" sur la Prime pour l'emploi. Assez édifiant...

> La prime pour l’emploi destructrice d’emplois ? par éric le 27 septembre 2006 à 20H29
moi jgratte la france, la caf(apl, alloc,parent isolé pour ma femme, allocation de rentré scolaire) la sécu (La cmu) la mairie avec le ccas(edf, eau, cheques alimentaires) assedic (mon chomage) j’ai pas travaillé longtemps ca vaut pas le coup. la prime pour l’emploi mdrr...c’est de l’arnaque ca vaut pas le coup de travailler sauf au black comme moi tu retape des maisons et tu les louent a des gens qui ont l apl comme ca t sur detre payer c’est un cercle vertueux alors qu’est ce ten pense monsieur l’économiste g pa math sup pour comprendre ca.

Réponse de l'auteur de cet article
> La prime pour l’emploi destructrice d’emplois ? par JDCh le 28 septembre 2006 à 08H49
je suis émerveillé par votre sens de la débrouillardise et j’espère, pour vous, que tout cela va durer !

> La prime pour l’emploi destructrice d’emplois ? par éric le 28 septembre 2006 à 16H05
c’est pas de la débrouillardise c’est de la logique pur et dur comme 1 plus 1 égal 2 ca c’est a vie que ca dure en plus j’ai pas du tout envie de travailler pour 3 clopinettes alors pour l’instant elle est trés belle la vie et j’invite tous le monde a le faire toutes les aides et avantages sont légales ya ke le taff au black qui est interdit mais tout le monde en fait les profs qui donnent des cours à mes gamins,....
Tout aussi édifiant, l'article du Point repris plus bas qui raconte les aventures d'un certain Thierry F.... (Merci à Gilles de me l'avoir signalé). Vous pouvez même acheter le guide de 185 pages !

Dans un livre à paraître aux éditions Albin Michel*, Thierry F. raconte comment depuis vingt-quatre ans il vit aux crochets des Assedic, ASS et autres CMU. Légalement...

Ce matin, après sa séance de musculation et les yaourts de son petit déjeuner, Thierry n'ira pas travailler. Pas parce que la pluie qui détrempe les rues de Roanne lui donne le bourdon, mais parce que c'est comme ça tous les jours, depuis vingt-quatre ans. Vingt-quatre ans qu'il entend ses voisins se lever à l'aube et qu'il se dit, enveloppé dans la chaleur de sa couette : « Je préfère être à ma place qu'à la leur. » Vingt-quatre ans qu'il est chômeur, et content. Et aujourd'hui, encore plus fort, on l'interviewe pour ça !

Il a 44 ans et le sourire aux lèvres. Une Alfa Romeo anthracite et un appartement à lui, parce que « les locations, c'est de l'argent perdu ». Il porte un jean, un tee-shirt Levi's, mais pas de baskets de marque, parce qu'« on ne peut pas tout avoir ». Poignée de main cordiale : un quart de siècle de chômage, ça vous conserve un homme. A part sa presbytie, compensée par de fines lunettes à 500 euros payées par la CMU, Thierry tient la forme. Drôle de coïncidence, il accuse même une énorme ressemblance avec Didier Super, le pape du rock nordiste encensé par Les Inrocks, qui chante que « le travail, il faut le laisser à ceux qui en ont besoin pour se sentir bien dans leur peau ».

Thierry ne connaît pas Didier Super, mais il est entièrement d'accord avec lui. « Pourquoi culpabiliser ? Je me suis contenté de suivre la législation française à la lettre », se justifie-t-il. Sur les murs de son studio, Lara Croft impose ses formes de rêve. Question filles, ça va pas mal pour lui aussi, sauf pour les plans à long terme, à cause de son statut. Il s'en fout, Thierry, il a gardé son âme d'ado. Le poster de Lara Croft, c'est un ami gérant de cinéma qui le lui a offert. Grâce à lui, Thierry voit les films en avant-première. Juste à côté, l'intégrale de Johnny fait face à la fenêtre ouverte sur les courts du club de tennis. Toujours en short et polo blanc, car il est « à cheval sur les couleurs », Thierry y joue gratuitement. « J'ai l'air du type qui s'est construit une belle vie. » Sur son bureau, enfin, avec ordinateur et webcam, repose le
manuscrit de son livre. Il a commencé à l'écrire en réaction à des auditeurs de RTL qui, un matin, s'étaient emportés contre un type qui voyageait depuis six mois tout en touchant le chômage. « Six mois, c'est tellement ridicule ! » s'amuse-t-il.

Il peut être fier de lui, Thierry : trente et un mois de travail sur treize ans, pour vingt-quatre années de « farniente rémunéré ». Un hold-up pacifique, avec l'administration comme complice. Comment a-t-il pu passer entre les mailles du système ? En travaillant, pardi, parce que chômeur, à ce niveau-là, « c'est un métier ». La preuve, Thierry a consacré une pièce entière à ses « archives professionnelles », comme il dit. Des dossiers, des livres, des revues spécialisées. Il les a tous lus, relus, potassés. Au point, désormais, de servir d'avocat-conseil à ses amis salariés : « Je connais le système par coeur. Grâce à moi, ils ont obtenu de sacrées indemnités de leur employeur. La preuve que chômeur, c'est utile. Parfois, je fais nounou aussi.

Nounou bénévole, je précise. » Son secret se nomme ASS. « Allocation spécifique de solidarité ». Ou comme il dit, lui, en remerciant la France, « Aide si sympathique ». 600 euros par mois, versés par les Assedic. A vie, et quasi sans contrôle. « Le RMI, c'est beaucoup plus pénible, car vous êtes suivi par une assistante sociale. Forcément, dans RMI, il y a I, comme insertion ! » L'ASS, c'est donc la planque. Sans compter l'allocation logement, le Fonds solidarité énergie, la taxe d'habitation presque gratuite, la prime de Noël, et tout ce qu'il pourrait toucher de la commune, mais qu'il se refuse à demander. « Profiter de l'argent de contribuables que je connais depuis l'enfance, pas question ! » Moral, avec ça. Bien sûr, en contrepartie, Thierry doit s'engager à rechercher « activement » un emploi. Au début, quand il a commencé, à 18 ans, à chômer après six mois de gardiennage en centrale nucléaire - « un boulot de Shadok », commente-t-il -, ça l'a un peu effrayé. « Mais c'est un peu comme lorsqu'on commence un nouvel emploi, écrit-il, plus on souhaite voir sa situation perdurer, plus on y met d'énergie et plus on devient performant. » Et performant, Thierry l'est incontestablement. Jusqu'à prendre les devants en contactant lui-même les employeurs pour prouver qu'il veut quitter son « effroyable condition ». Un CV à rédiger ? Il file à ses « archives », s'empare de sa bible, « Découvrez le potentiel qui se cache en vous ! », et fait exactement le contraire de ce qu'on y préconise. Police de caractère fantaisiste, ajout de précisions à la main, « pour faire tatillon et brouillon en même temps », et omission de sa nationalité. « Ceux qui le font sont souvent des étrangers, et les patrons n'aiment pas les étrangers. » Et si, par miracle, l'un de ses CV finit par atterrir sur le bureau d'un entrepreneur, Thierry se charge illico de changer le miracle en cauchemar. Il troque ses lunettes ultralégères, contre les anciennes, des culs de bouteille « à la Yves Mourousi ». Il met une veste en laine, « pour faire pitié », et répond toujours à côté, mais avec le sourire. « Jacques Tati m'a énormément inspiré », confesse-t-il. Au cas où ça marcherait quand même, il dit qu'il n'a pas le téléphone, alors qu'il a eu un portable dès les années 90, bien avant ses copains salariés que ça énervait beaucoup. Effacée aussi, l'Alfa Romeo qu'il bichonne quotidiennement : pour ses potentiels employeurs, Thierry perd vite tous ses attraits.

Scandaleux ? Il est entièrement d'accord. « Le laxisme de mon pays m'étonne », écrit-il, raillant le nom des formations qu'on lui fait suivre, « Genesis », « Horizon 2020 », et épinglant les déclarations de Borloo sur le suivi personnalisé. Depuis qu'il pointe à l'ANPE de Roanne, il n'a jamais vu la même personne. Il aimerait bien que son livre fasse polémique, « même si ça peut paraître contradictoire ». Fan de François de Closets, le chantre de la chasse au gaspi, il ne vote pas mais apprécie la rigueur de Strauss-Kahn et la fermeté de Sarkozy. « Il y a trop d'excès », lâche-t-il, avant de dénoncer, pêle-mêle, les « kits Assedic » qu'on achète sous le manteau, la prime de rentrée scolaire qui permet aux vendeurs de hi-fi d'augmenter de 20 % leur chiffre dans le week-end qui suit, et les charges qui pèsent sur les patrons. Il faut dire qu'il l'a été, pendant un an, montant et dirigeant un dépôt-vente d'électroménager avant de se faire « plumer par l'Urssaf » et de retourner dans le giron de l'Etat, qui lui a enfin prouvé que « gagner le smic et perdre tous ses avantages, ce n'est pas très rentable ». Le souvenir de son père ébéniste, qui pendant cinquante et un ans a construit des cuisines aménagées sans pouvoir s'en offrir une, fait figure pour lui de repoussoir. Le tube « Urssaf, Cancras et Carbalas » des Inconnus, qu'il chante avec ses neveux devant sa webcam, lui sert d'hymne. Et quand bien même, comme il le dit en vous reconduisant à la gare dans son Alfa 33, il serait « le dernier des Mohicans », personne, jusqu'ici, n'a encore jamais tenté d'avoir son scalp.
Les « plus » du RMI
Quand on est RMiste, on a aussi droit à :
- l'allocation logement à taux plein ;
- la suspension de ses dettes fiscales ;
- l'exonération de sa taxe d'habitation, de sa redevance, de sa cotisation à la CMU ;
- l'accès gratuit à la complémentaire santé de la CMU ;
- la prime de noël ;
- le tarif téléphonique social ;
- la réduction dans les transports, la gratuité des musées, diverses allocations supplémentaires (en fonction de son lieu d'habitation).



45 Comments:

At 10:05 AM, octobre 02, 2006, Anonymous Bernard a dit...

Ce n'est vraiment pas sympa de votre part de nous faire commencer la semaine avec ça :-)
Gardons le sourire et le vague espoir que ce genre de personnage cynique est plutôt minoritaire (au moins parce que, comme il le dit, chômeur à ce point, c'est un métier, peut-être pas si facile !!). A part ça, merci pour l'ensemble de vos chroniques, dans lesquelles je me retrouve en général.

 
At 10:16 AM, octobre 02, 2006, Anonymous Marc a dit...

Vous avez raison: pratiquons le déni comme nous savons si bien le faire dans ce pays. Ces personnes ne sont en rien des exceptions: le RMI et l'ASS sont en train de devenir le premier "employeur" (i.e. source de revenus) dans la plupart des régions de France où l'immobilier n'a pas encore atteint des sommets. La "débrouillardise" bien française est tellement répandue (profs, pompiers, policiers, EDF, etc.) qu'on rigole avec un peu d'envie devant les explois de nos contemporains.

Je trouve que ces cas, voulus et encouragés par les tenants d'une société anti-libérale, démontrent de façon éclatante la supériorité des mécanismes du marché. Il suffit de créer une niche pour qu'elle se remplisse illico.

 
At 10:30 AM, octobre 02, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Et aussi:

- des avocats (exerçant à l'étranger) qui touchent le RMI en France (pratique pour les vacances)

- des assurés sociaux qui de meche avec leur médecin et leur pharmacien font des fausses factures et ordonnances pour se faire rembourser des dépenses inexistantes: cela leur permet de se payer un mois ou deux de vacances par an!

- des avocats français qui s'inscrivent à la Fac pour bénéficier de la sécu étudiante beaucoup moins chère que celle professionnelle... etc...

Il serait temps que comme pour les impôts on exerce un contrôle et que l'on redresses les fraudeurs!
Cela est d'autant plus important que les sommes de la sécurité sociale sont plus élevées que les dépenses de l'Etat!

 
At 11:27 AM, octobre 02, 2006, Anonymous Bernard a dit...

@Marc
Bonjour,
mon commentaire était plutôt ironique, je ne nie pas qu'il y a certainement des profiteurs. Ceci dit, qui pourra nous donner des chiffres précis qui permettraient d'évaluer l'importance des profiteurs qui savent parfaitement ce qu'ils font ?
A moins que ce ne soit totalement impossible, tant notre système d'aides sociales semble compliqué et faisant intervenir trop d'acteurs différents...

 
At 11:42 AM, octobre 02, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Oui en effet mais il faut brosser tout le tableau, il y a les 'individuels' et les 'institutionnels'.

Des soit disant "entrepreneurs" qui montent des combines branchées sur la dépense publique pour réaliser des travaux sans nécessité, permettant de créer ou de maintenir non pas des emplois mais de déguiser du chômage... (de tous les niveaux)

Ces derniers ne seraient-ils pas pire que les cas de démerde de survie, car devenant des institutions, pervertissant même les marchés quand ils ne les confisquent pas! Devenant également les lieux de planque des rejetons des aparatchiks du système (eh oui, une sorte d'ancien régime recyclé...). Et constituant le meilleur alibi pour les démerdes de survie individuelles (suivons l'exemple venu d'en haut, ou supposé en haut)

Ces institutions? les Gouffres Financiers Institutionnalisés, mais pas seulement, les projets 'sociaux' à contenus industriels (les dits champions nationaux) qui demandent moultes protections administratives pour se sustenter en des bulles, ayant engouffré des milliards en subventions (des noms? mais vous les connaissez trés bien et même au CAC40 et si vous suivez l'actualité vous pourrez en apprécier l'efficacité, les erreurs, et bientôt l'addition arrivera - en subventions - ).

Mais il y a également l'effet bulle administrative du POS qui dans un pays à réserve foncière énorme maintient le constructible dans une pénurie, dopant l'immobilier et indirectement faisant de la mousse dans un pays ou le non-immobilier est malade; ceci participant à maintenir artificiellement tout un secteur, ceci dérivant les ressources des ménages vers un seul poste de dépense (se loger), ce qui bien sûr freine 'le reste'.

Economie du caillou, physiocratie et économie de Venise. Attention rude awakening!

Errare humanum est, perseverare diabolicum.


Bien sûr les entrepreneurs avisés savent ce panaorama, ces cercles vicieux imbriqués. Soit leur activité est compatible et ils l'exerce ici, mais le domaine du compatible est restreint à l'écosystème, pire ils y adoptent des reflexes non-économiques. Tout ce qui est plus pointu devient non viable dans cet écosystème (Edison face au lobby des fabricants de chandelles, mouchettes et lampes à huile n'a que peu de chance).

Bref on interdit ainsi l'avenir pour préserver le passé. The frenchies accept things at face value!

Le problème est maintenant d'en sortir: pour les individus cités et pour les GFI et assimilés dopés à la subvention et aux 'activités sans but' alimentant le déguisement du chômage et de l'inactivité dans un sens plus large française.

En fait on a beaucoup menti tant économiquement que technologiquement en ce pays et cela commence à se savoir et à apparaître.

 
At 2:03 PM, octobre 02, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Voici un texte utile, fort utile face à ce déclin qui est un mix de cynisme et d'angélisme, un mix de marxisme blanchi et de bonapartisme rougi.

En parlez nous fait déclinologue pas déclinophile!

Eurasisme

Les adversaires européens du capitalisme libéral essaient de se cacher derrière une théorie qui remonte en fait au début du XX° siècle : celle de l'Eurasisme qui est réactualisée pour justifier leur opposition catégorique aux Américains et fédérer ainsi l'axe Paris Berlin Moscou et l'étendre même jusqu'à Beijing.

Le point de départ de cette théorie est la Russie, qui est géographiquement et culturellement au centre d'un vaste ensemble empiétant à la fois sur l'Europe, l'Asie et les pays musulmans. Sa situation géographique lui ouvre l'accès à ces trois mondes qui s'opposeraient au Nouveau : celui de l'Amérique libérale.

Cette extrapolation de l'Eurasie est parée de toutes les vertus, et en particulier d'une morale qui prétend faire contre poids à l'amoralisme attribué aux libéraux. Les Eurasistes les accusent de vouloir mettre en place un monde qui serait sauvage et dans lequel est censée régner la loi de la jungle : celle du profit.

Ces Eurasistes s'autoproclament les champions de toutes les vertus alors que c'est dans leurs pays que règnent la corruption institutionnalisée et l'enrichissement le plus scandaleux de politicards arrivistes qui vivent de l'exploitation des populations les plus pauvres du monde, en particulier dans les pays musulmans et africains. En France, les hommes politiques, les militaires et les services de renseignement qui leur sont liés, sont attachés à cette théorie de l'Eurasisme contre le capitalisme libéral, la mondialisation et les Anglo-saxons.

La nouvelle Eurasie n'existe pas. Les Européens, les Russes, les Asiatiques, les Musulmans n'ont pas de raisons légitimes de s'opposer aux Américains qui sont toujours les premiers et parfois les seuls à défendre le monde libre contre ses adversaires…

***

L'Union Européenne est une vaste zone économique de libre échange qui regroupe 25 pays. L'Europe n'existe pas et n'existera jamais en tant que nation car les Européens n'ont pas le sentiment d'appartenir à une même nation mais à leur nation d'origine : la France, l'Allemagne, etc. Les habitants de ces nations sont proches les uns des autres, géographiquement, économiquement, culturellement, mais ils sont très attachés à leur passé commun et ils ne veulent pas perdre leur identité dans un ensemble plus vaste pour lequel ils n'éprouvent aucune attirance.

Il en est de même en Amérique du Nord : les Canadiens n'ont pas envie de se faire phagocyter par leurs grands et puissants voisins, ce qui ne les empêche pas d'avoir de bonnes relations avec les Etats-Unis. Il n'y a pas non plus de complot américain contre l'Europe pour l'affaiblir : les dirigeants des pays européens sont assez imaginatifs pour développer eux-mêmes leur désunion autodestructrice sans l'intervention pernicieuse des Américains.

Croissance et richesse des nations

Seul le capitalisme libéral peut assurer la croissance et la richesse des nations et des hommes. Les pays qui veulent suivre une autre voie sont appelés à une faible croissance, donc à un déclin relatif. C'est justement ce qui se passe en France et en Allemagne où la croissance est faible.

Les pays musulmans que soutiennent la France et l'Allemagne ont connu une croissance zéro (par habitant) depuis plusieurs décennies malgré l'importance de leurs ressources pétrolières.

L'Afrique subsaharienne, qui regroupe tous les pays les plus pauvres du monde connaît même une croissance durablement négative : ce sont tous des anciennes colonies de la France et de la Belgique. Certaines ont sombré dans une extrême pauvreté accentuée parfois par des guerres comme celle du Congo qui a fait plus de 3 millions de morts.

Ce sont les principales victimes de ce socialisme nouveau prôné par la France, c'est à dire par Jacques Chirac qui essaie de se faire passer pour leur défenseur alors qu'il en est leur principal fossoyeur.

Le XX° siècle a consacré la faillite du communisme. Le XXI° siècle consacrera celle de la troisième voie européenne, socialiste en fait. Les échecs récents comme le rejet de la constitution européenne, la fusion d’Arcelor avec Mittal au détriment du fabricant russe d’acier Severstal sont le début de la fin de cet Eurasisme. Il en est de même avec le projet de fusion entre Euronext et le Nyse contre une méga bourse européenne incluant Deusche Börse. L’intrusion de banques russes au capital d’EADS est inquiétante car elle touche des industries stratégiques. Il est important que ce projet échoue.

Original ici >>>

http://chevallier.turgot.org/a383-Eurasisme.html

 
At 5:06 PM, octobre 02, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

- de Tourcoing à Mopti, de la CAF te souviendras comme de Coca-Cola,
- au Festival d'Avignon, à l'AFDAS et à l'ASSEDIC du Spectacle, ton nouveau synopsis dédicaceras,
- pour les sans papiers de Cachan, une pétition pour leur régularisation sans condition signeras

Sur la plage de Cassis, ta serviette bleu blanc rouge étaleras et à ta voisine, stagiaire chez ARNAC Consultant, assise à côté de toi, des délocalisations te plaindras

et elle, dans ta gueule, son poing brusquement te flanquera...

 
At 5:34 PM, octobre 02, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Compte tenu de la pente, de l'adhérence à des visions fausses, la course vers le bas continueras.

Idées de grandeur cultiveras.

Qurelle autour des miettes persisteras.

Caste bureaucratique chériras.

Cynics Awards participeras.

Ségolène éliras. Chute finale attendras. Décomposition constateras. Alors seulement reconstruction entreprendras.

 
At 6:04 PM, octobre 02, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

France, un système qui produit de la chaleur et pas de croissance, du mouvement brownien et du bla bla.

 
At 6:36 PM, octobre 02, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Bonsoir

Un petit lien vers Europe 1, ou C. Nay en a fait sa chronique hier dimanche 01 Octobre :

http://www.europe1.com/informations/chronique-t2.jsp?idboitier=617756#

 
At 7:29 PM, octobre 02, 2006, Anonymous Gilles a dit...

Arretez c'est pas la fin du monde, tant mieux pour ces gars s'ils profitent du système, j'suis même admiratif, car ça demande de l'energie. Et tout compte fait ils ne coutent pas si cher que ça à la collectivité, en tout cas moins que des emplois dans le secteur public.
Je vois plutot ça comme un signe que la France est un pays riche, qu'il y a plein de ressource, pas trop de problèmes et que l'on peut gaspiller un peu sans trop se prendre la tête.
Pour ceux qui esperent un changement dans les esprits ou je ne sais quelle prise de conscience, j'vous rappelle que Mitterand a été elu 2 x les doigts dans le nez. A mon avis c'est plus rentable de s'adapter à la situation que de vouloir changer quoi ce soit.
Bon allez les gars maintenant defoulez vous !

 
At 8:17 PM, octobre 02, 2006, Blogger JDCh a dit...

Gilles

nous sommes d'accord que cet Eric ou ce Thierry sont des "demerdards" et qu'on ne peut pas tellement le leur reprocher.

Ceci dit, je ne suis pas sur qu'ils soient si peu nombreux et leur existence révèle de façon flagrante l'absurdité de notre système "collectivo-égalitaire" dont nous ne pouvons plus assumer la charge financière (cf nos 2000 milliards de dette).

Pense à tes enfants !

 
At 9:45 PM, octobre 02, 2006, Anonymous Bernard a dit...

Tout à fait d'accord. En fait, ce n'est pas le nombre de "débrouillards cyniques" qui importe, mais simplement le fait qu'il puisse en exister, même en nombre restreint. Cela montre simplement que le système est mal conçu, ou bien a été dévoyé, ne s'est pas adapté.
Quelles idées pour réformer et améliorer (pour tous, contribuables et bénéficiaires) ces services sociaux : unifier tout ça, créer un interlocuteur unique pour chaque famille ?

 
At 1:32 AM, octobre 03, 2006, Anonymous Kerri a dit...

scandaleux à bien des égards!
bien que je sois pour une aide aux personnes qui en ont besoin (chômeurs,...) je pense que ces aides doivent avant tout aider à retrouver une situation plus confortable, et ne doivent pas devenir une situation!

finalement j'arrète le droit, et je me met à glander: j'ai appris assez de droit social pour me monter des combines de ce genre, je toucherais toujours plus que mes 250€ mensuels (9mois/an) de bourse.

Le pire dans cette affaire c'est que ce monsieur va se faire de l'argent en vendant son livre a de pauvres bougres voulant suivre son exemple, argent qui le mettra en "sécurité" quand le son livre aura suscité un débat tel que le gouvernement va s'empresser de changer la loi pour faire disparaitre ces "combines".

De telle mentalité sont égoïste et hipocrites: ces personnes pillent l'état, par les fonds sociaux qui devraient servir aux personnes qui en ont besoin, et donnent des arguments aux personnes critiquant à tout va l'état providence.

La chose positive dans cette affaire c'est que ce gars va peut-être contribuer à améliorer la loi pour que les autres "profiteurs" ne touchent plus rien. J'espère seulement que cela ne va pas encore nuire à la situation des personnes honnêtes ayant besoin de l'aide sociale.
Kerri

 
At 12:13 PM, octobre 03, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Fondamentalement vous oubliez quelque chose.

Rappel. En dessous de deux % de croissance il n'y a pas de création d'emplois. Dans ce pays depuis bientôt trois fois dix ans, le nombre de job est resté stable, en gros oscillant vers les 25-26 millions. Mais, 25-26 millions de jobs relativement à 50 millions de gens n'est pas exactement la même chose que ces mêmes jobs relativement à 60 millions!

Anisotropie. La réalité est trés diverse puisque en des lieux de ce beau pays le chômage officiel dépasse largement la moyenne et que tout y repose en gros sur des emplois publics; en ces lieux être salarié 'non public' revient à être chomeur à une chance sur deux! Le problème n'est donc plus 'démarde' versus 'non-démerde' (emploi), mais plûtôt chômeur versus chômeur déguisé (territoriaux car l'Etat est plein comme un oeuf)! Si j'ai bien lu T.F. est dans un de ces lieux.

Choquant. Il y a de meilleurs exemples que ceux ci et autrement plus scandaleux. Un exemple, les cas de familles polygames, où épouses 1, 2, 3 voire plus avec enfants 3à4 par femme créent une rente acceptée par les systèmes évoqués plus haut, personne ne travaille et ne travaillera jamais.

Mais à cynique, cynique et demi... Qui est le plus cynique ceux qui font leur vie dans les sytèmes étatiques, par esprit de planque, ou bien ceux à qui l'économie déprimée est imposée par la faute notamment de la pression fiscale exercée pour payer les premiers?

En 20 ans l'Etat et les collectivités ont créé 850000 postes! Sans nécessité et sans les moyens; c'est le gros bataillons des chômeurs déguisés. Ceci posé alors que d'autres pays font la même chose avec même moins de monde que nous n'en avions il y a 20 ans!

A chaque poste sous statut (en exces) son chômeur (en exces)!

Ne vous trompez pas de cible car il faut expliquer non pas culpabiliser (surtout pas ceux qui n'ont en fait aucun poids sur le processus expliqué ici).
Les partisans de la liberté en économie (ce que je suis) ne doivent pas asséner à la société (désinformée) une potion amére; au contraire ils doivent bien expliquer les causes profondes et donc éviter de se tromper de cible et pire de méthode.
Sinon il n'y aura jamais d'évolution en ce pays, qui ira de secousse sans suite en secousse sans suite, qui ira vers des 'luttes à la Zola'. Le système se raccornira sur lui même dans une bavarde et arrogante posture des sous-statuts et dans une paupérisation générale.

La France serait riche a dit un commentateur, détrompez-vous, on vit sur un tas d'or du passé, en réduction, et on endette même les nourrissons pour financer les activités de leurs grands parents qu'exercent leurs parents (vous me suivez?); le clash générationnel est en route!
Par la faute du ringeardisme de nos sous-statut, corporatisme du planquisme. C'est là qu'il faut porter l'éclairage.

ET ajouter ceci, l'administration de ce pays vit une quête de grandeur, en une fière tradition de domination des hommes, en méfiance de "ses masses", vous! Longue tradition issue de la monarchie, renforcée à la révolution pour la terreur, reprise par Napoléon et sans cesse reconduite.

ET la classe politique en vient en une écrassante majorité.

Voila le noeud du problème. C'est ce qui explique le périmètre abusif des sous-statuts, l'inefficacité considérable et les coûts, tous facteurs de l'atonie économique et donc du chômage, tous facteurs des dérives politiques, économie non libre et démocratie inachevée se co-consolidants.

L'exception n'a comme caractère exceptionnel que le fantastique gaspillage qu'elle fait des hommes, sur fond de méfiance des hommes avec dérive nomenklaturiste! En fait le marxisme, qui a échoué, a été inventé ici et il y perdure. On préfére accepter tout ceci plutôt que de remettre en question ces mécanismes avec ses abris. Le chômage est donc sa contrepartie. Cela n'a plus de strict rapport avec l'économie (impact de la globalisation) mais plutôt avec son insuffisance conséquence du trop plein étatiste-bureaucratique-politique.

Bloquée. La société est bloquée. Les divisions administratives en exces s'auto-limitent, ainsi bien des gens sont pris dans les méandrees des dysfonctionnements et tout ceci fait les places pour plus de 400000 politiques (eh oui!) dont les gauloiseries surajoutent au blocages des bureaux.

Vous savez comment en sortir!

Pas de solution pour les chômeurs sans traiter le fond de ce problème. C'est là le bon apport du libéralisme.

 
At 12:38 PM, octobre 03, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Comme suite à ci dessus: Je reprends volontier à Guy Sorman le terme médiéval, à propos de ce système.

En attente d'une renaissance, ou d'une reformation (sens anglais)?

Les hommes sont pris ici dans des contraintes qui étouffent tout et 'médiocratisent'.

En finir avec la médiocratie serait un titre d'un article que j'aimearis assez lire compte tenu de la qualité des autres articles. Une forme de chapeau pour l'ensemble.

 
At 8:58 AM, octobre 04, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

édifiant !

 
At 10:57 AM, octobre 04, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Oui édifiant quand on met bout à bout et en perspective l'ensemble du problème. Un pays malmené. Un Etat trou noir, aspirant tout, imposant sa gravité considérable à tout son proche environnement qui gravite autour, transformant bientôt le tout en un néant.

Si on veut savoir l'état réel de ce pays, dont le chômage et les combines sont des symptomes, on peut consulter les sites de la Banque Mondiale, celui de Transparency Intl, celui de la chambre de commerce Européenne. Plus quelques Think-Tanks libéraux qui délivrent l'information retraitée, non celle issue des communiqués de désinformation officielle délivrés par les divers organismes "officiels'. Le jour vs la nuit (hélas on en est bien là!)

Vision réelle qui en mettra plus d'un les deux pieds sur terre.

Si seulement le débat politique actuel plutôt que de montrer tel ou tel symptome en venait au coeur du problème!

Je crains que tout ceci soit la comédie usuelle de la conquête du pouvoir suivie de business as usual, quelques gadgets voyants et puis rien, on continuera à faire le jeux du lobby administratif.

Les Ministres et Présidents passent, l'administration reste impavide, plie et reprend son espace, comme agiter de la glue, elle a l'éternité devant elle. Tout le mal français vient de ce qu'elle est dissocièe du reste et en son sein la haute administration identiquement. Si les postes principaux tournaient avec les élections et si on limitait le temps d'exercice avec passerelle privé-public (sens français) les choses changeraient un peu. Mais il y a un pire mal, un mal dans le mal, les pantoufles et les sociétés liées (par relations d'interet et pas necessairement financiere à ces administrations), ces sociétés démultipliant les axes d'actions utiles aux administrations pour controler le systeme dit de l'exception. Un exemple: Une filiale d'une societe d'interim europeenne, responsable enarque (soit) mais en même temps (au conseil d'etat) arrivant à ecrire un livre à la gloire de l'intervention administrative, sa thése: l'impact positif pour la france de la construction de Versailles (on rêve quand on sait la ruine à la mort du grand monarque)... Un exemple mais également les amis du président aux commandes d'entreprises industrielles dont un succés en cours . Le monarchisme républicain avec ses faits du prince est un symptome non moins scandaleux mais homogéne avec l'ensemble!

Il ne servirait à rien d'agiter les problèmes de chômage, de croissance, d'innovation, etc ceci est marginal dans son système de représentation : durer en son périmètre maximal, entre gens pensant ces faits et se pensant 'élus' en un sens non séculaire.

Mais l'astuce géniale du système, c'est d'avoir fait en sorte que bien du monde vit en fait abrité et dépendant de ces mécanismes, qui bien que tordus son méthodes de contrôle social!

Accepter la réforme revient à comprendre le nécessaire aterrissage sur la réalité tant économique que sociale, que de poids dans le monde. Ceci l'administration en quête de grandeur et de contrôle ne le veut point. Chômeurs et bidouilleurs en économie mixte et 'exceptionnelle' vous avez de l'avenir! Hélas!

 
At 11:26 AM, octobre 04, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Pourquoi ne pas parler, à propos des symptômes du livre de l'employée d'EDF?

EDiFiant ouvrage relatif aux GFI (Gouffres Financiers Institutionnels)de JD.

Lecture à conseiller à nos deux chômeurs cités dans cet article. Pour qu'ils voient l'erreur fondamentale d'aiguillage qu'ils firent. Leur cas paraît alors bien dérisoire (sens: effet collatéral).

 
At 1:26 PM, octobre 04, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Parfois, le lyrisme des commentaires déconcerte. Il inquiète même quand on songe à la santé mentale de l'auteur.

 
At 1:52 PM, octobre 04, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

@Messire ci dessus. Quand un système arrive à bout de souffle, les défenseurs dos au mur refusent les faits, utilisent toutes les ficelles, provocations, insultes diverses... Ce qui en dit des tonnes! Trés cordialement Messire.

Game over! Vous avez perdu/.

 
At 3:41 PM, octobre 04, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Qu'est-ce qui vous fait croire, Monsieur l'agité du bocal, que je suis un défenseur du système? Moi qui me contente de souligner le fait que vos délires, au lieu de le desservir, consolident le système en projetant une ombre sénile sur les réflexions construites et argumentées des gens qui ont vraiment envie de changer les choses.

 
At 4:09 PM, octobre 04, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Avec les commentateurs et commentaires plus haut, sauf un apparamment. A propos pourquoi l'Anonymat de certains commentaires? Etant en activité, par crainte des 'petits justiciers zélés et auto-proclamés' dans un système si concentré ce n'est pas hypothèse gratuite. Vieille tradition d'intolérance en ce pays, c'est saine précaution. On est loin de la liberté de parole possible aux USA. Ceci dit : La France comptant 60 millions d'habitants, si elle était administrée et soignée comme la Suède, elle n'aurait que 1.3 millions de fonctionnaires. Ce fait, une réforme administrative large et courageuse, n'étant pas pris dans l'affreux monde anglo-saxon. Ce qui impliquerait pour la France bien des simplifications administratives, avec leurs coûts en réduction, puis réduction des impôts et engagements futurs (retraites des dits fonctionnaires). A ce niveau, la France retourne dans le monde réel. On peut donc y entreprendre sans contraste avec lui. Des emplois peuvent s'y créer graduellement mais à la mesure de son problème. A ce moment là les cas cités dans l'article ne sont pas excusables. Mais à ce niveau on arrête également le soutien Keynésien à des secteurs abrités, à eux de s'adapter compte tenu du nouvel équilibre économique possible. A ce moment là le refus 'de se bouger', d'innover, devient inexcusable. Trois axes, réduction du périmètre des administration (leurs missions et rôles), entreprises et innovation (recherche), retour à l'activité des chômeurs mais également départ en retraite retardé au moins au delà de 67 ans ('coût d'agence', PIB-Croissance, taux d'activité global des français). Mais le veulent-ils? (Pour les détails voir référence plus bas). Bien des livres et références, IFRAP, etc. sont citées par l'auteur de ce blogue. Une étude moins connue me semble intéressante, fort honnéte et bien documentée : http://www.mediasetdemocratie.net/index.htm Motivation de l'auteur : Participer à rendre à ce pays ce qu'il m'a offert.
Idem en ce qui me concerne, parcours similaire. Je tire mon chapeau pour son travail remarquable. Si par illusion, faiblesse politique, résistance corporatiste, la donne française n'évoluait pas, il ne faudrait alors plus parler de déclin mais de déliquescence. Alors les défenseurs des "machins" déploieront toute leur hargne, leur morgue et leur grogne (furia francese) autour de leur immobilisme, immobilisme utile car menant à scier eux même leur branche. Mais ce scenario est assez calamiteux. Ceci dit même n'étant plus impliqué directement. Dernier point. Trés révélateur. Témoin direct de part mon parcours de tous les cercles vicieux et les espoirs perdus, un livre m'a toujours semblé passer au dessus tous les autres par la profondeur de son analyse, par sa mise en perspective historique, il a trente ans. Il n'a pris que peu de rides. Il est toujours d'actualité. Il démontre à sa relecture que ce qu'il dénoncait alors s'est renforcé : Le mal Français d'Alain Peyrefitte. Réédité cette année chez plon. Félicitation pour votre blogue, également pour ceux qui restent 'éveillés', voire passionnés. Un ex français, entre deux mondes trés différents, que le spectacle du pays où il est né désole.

 
At 4:38 PM, octobre 04, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Les gens qui ont vraiment envie de changer les choses? Je vous prends au mot! D'abord le diagnostic et pas seulmement celui qui vous tombe immédiatement sous les yeux.

Si vous croyez redresser le pays compte tenu de ses dérives en partant traiter des symptômes vous vous trompez lourdement. Depuis trente ans je vois, en étant acteur direct et non spectateur, les dérives s'accentuer, les causes profondes toujours contournées, une armée sans cesse plus grande de docteurs diafoirus se penchant sur les ecrouelles nationales, des rapports géniaux, trés exacts suivis de ... rien! Agitez vous du bocal, voyagez surtout, grattez vous la tête pour innover et préserver vos bien des rapaces inutiles! Ceci dit bien du monde préfére les histoires contées à des enfants. Et désigner à des victimes d'autres comme coupables revient à un cynislme lourd, j'en reviens au titre de cet article, le marionetiste lui se gausse.

Réflexions construites autour de désinformations font tant de dégats dans les esprits que vous avancez aveugle aux faits réels. Tenez lisez ce qui est juste au dessus! Refuser de se comparer au monde c'est la première cause de sénilité, la seconde c'est quand un système refuse de voir ses rides. Vous n'allez pas, en quelques coups de baguette magique, redresser trente ans de dérives! Un ce sera dur, deux se sera long, trois il faut du réalisme. Quatre ce pays souffre d'abord de l'existence de deux mondes différents, le premier abrité de tout le second exposé, le coût du premier imposé au second fait que le second n'en peut plus et ne performe pas assez. Ceci dit aprés avoir été engagé tant dans l'économie que dans la politique, s'il en ait un qui peut témoigner c'est bien moi et je le fais quand bien d'autres se taisent. Voyez vous la sénilité d'une société se mesure à ce que, au lieu d'innover elle perfectionne sans cesse des mécanismes obsolétes. Vous voulez aider, chiche: innovez!

Enfin dernier point, que vous ignorez. De part mon parcours, je peux témoigner et amener des témoignages de trés nombreux cas où l'administration a saboté, je dis saboté des projets économiques, et tout particulièrement les plus prometteurs, les plus pointus. La moitié (en gros) s'est exilée, dont votre serviteur. Posez vous la question du pourquoi. Aprés vous chercherez les emplois 'manquants' mais à cette aune. L'un d'eux a porté 30000 emplois plus tous les indirects. Vous savez maintenant, à moins que vous ne vouliez pas voir, où il faut regarder et agir. Exigez un référendum sur la réforme de l'Etat, ses missions et pour rompre le cordon politique-économie. Tout le reste est secondaire. Pour vous servir.

 
At 5:28 PM, octobre 04, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Lien utile
http://www.mediasetdemocratie.net/Politique/Democratie-Francaise.htm#Democratie

 
At 5:28 PM, octobre 04, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Utile:

http://www.mediasetdemocratie.net/Politique/Democratie-Francaise.htm#Democratie

 
At 6:11 PM, octobre 04, 2006, Blogger Jonh Neo a dit...

Hi , I want to introduce you to http://freearticle.name

 
At 6:44 PM, octobre 04, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Bien joué JDCH, nous avons débusqué un troll...

 
At 6:45 PM, octobre 04, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

de l'espèce qui s'est trop (ou à qui on a trop) tapé sur la tête.

 
At 7:17 PM, octobre 04, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Un pays de trolls et autres shadocks en effet! En petit coup de Ségolène là dessus.

 
At 8:41 PM, octobre 04, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Détrollisation.

Il y a encore beaucoup de Français qui pensent que l'économie devrait fonctionner
suivant les principes d'équité auxquels ils tiennent.
Or l'économie est définie comme la science qui étudie la production, la
répartition et la consommation des richesses (c'est-à-dire des biens et des
services) par les hommes. Cette science a établi des lois qui décrivent des
mécanismes de production, répartition et consommation.
Exemple de loi : « la loi de l'offre et de la demande », qui décrit les relations
entre le prix d'un produit et les quantités offertes par les vendeurs et
demandées par les acheteurs, ainsi que les conditions nécessaires à une
transaction.
Les lois de l'économie résultent de faits objectifs (abondance ou pénurie, par
exemple) en plus des besoins éprouvés (subjectivement) par les hommes.
* Ce n'est pas parce que les consommateurs voudraient payer moins cher
que les fournisseurs devraient baisser les prix (car qu'est-ce qui est
prioritaire, l'économie pour les consommateurs ou le bénéfice pour les
fournisseurs ?)
* Et ce n'est pas parce que la charité voudrait qu'on donne à manger gratis
aux pauvres que ceux qui produisent certains aliments devraient en faire
cadeau, sinon de quoi vivraient-ils ?
L'attitude consistant à vouloir que l'économie se comporte selon nos lois
morales est donc à la fois noble et puérile.

Beaucoup de Français n'ont pas encore compris :
* Que l'économie fonctionne suivant ses lois propres, aussi indépendantes de
ce qu'ils considèrent comme « bien » ou « mal », « juste » ou « injuste », que
la loi physique de la pesanteur l'est de l'effort musculaire ;
* Que c'est aux Etats de corriger les effets indésirables des lois économiques,
par exemple en imposant et en subventionnant les citoyens selon des
principes censés compenser les inégalités de revenus.

Erreur inverse, beaucoup de Français attribuent à l'Etat plus de pouvoir qu'il n'en a.
Ils croient, par exemple, que l'Etat peut fixer tous les prix et créer les emplois
nécessaires, comme un régime communiste. Ils oublient que le communisme a
échoué dans tous les pays qui l'ont adopté, et qu'aujourd'hui on a bien compris les
raisons objectives de cet échec.
C'est à cause de cette illusion sur le pouvoir de l'Etat qu'une majorité de
Français sont contre l'économie de marché. C'est à cause de cette même illusion
qu'une loi du travail française impose à une entreprise qui licencie plusieurs
personnes de payer pour créer artificiellement des emplois dans la même région ;
ne riez pas, c'est la loi nº 2005-32 du 18 janvier 2005, dont voici un extrait :
"Lorsqu'elles procèdent à un licenciement collectif affectant, par son ampleur,
l'équilibre du ou des bassins d'emploi dans lesquels elles sont implantées, les
entreprises mentionnées à l'article L. 321-4-3 sont tenues […] de contribuer à
la création d'activités et au développement des emplois et d'atténuer les effets
du licenciement envisagé sur les autres entreprises dans le ou les bassins
d'emploi."
D'après la loi française, les efforts imposés à une entreprise qui licencie peuvent
tenir compte de ses ressources et de celles de tout son groupe, considéré comme
automatiquement solidaire. Plus une entreprise est grande et (ou) saine, plus les
fonctionnaires chargés d'autoriser ou non les licenciements économiques qu'elle
envisage pourront lui imposer des pénalités et des délais élevés : la loi considère
qu'une entreprise appartenant à un groupe multinational dispose des moyens
financiers de tout ce groupe pour payer les pénalités de licenciement, ce qui est
carrément irréaliste. Et ainsi de suite...

 
At 9:15 AM, octobre 05, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Detrolliser (a mon sens, troll = etatiste et non pas les desinformes - par les etatistes - et pseudo liberaux, liberaux pour eux et contre les autres, ce qui est tres francais comme mode de gouvernance), en finir avec la mediocratie, wow! Si seulement! On pourrait faire quelques projets. Wishful thinking or hope?

Je reprends une phrase d'un article: Vous les français vous etes fous... Croire qu'un radiateur peut chauffer plus en consommant moins, voire quasi rien, c'est pourtant ce que vous croyez en réduisant le temps de travail comme en augmentant les charges. Pire vous voulez sa chaleur avant que de l'avoir branche. En devalorisant le travail comme en devoyant l'economie (capitalisme sans capitaux, mixite) vous avez lance une machine infernale. Mais ce chemin qui est une impasse est choisi (impose) depuis tres longtemps. Ce qui est neuf dans le panorama, c'est la reussite de la globalisation, votre chemin et elle sont incompatibles. Il n'y a pas de voie mediane. En ce temps de promesses electorales et de derive demagogique: ne votez pas pour un candidat qui dirait qu'il va resoudre le probleme du chomage, sous entendu par action etatique. En dessous de 2% de croissance votre pays ne peut creer des emplois. La seule action qu'il pourra faire pour l'emploi, c'est effectivement un scenario identique a celui Suedois: reduction de la voilure de l'Etat, en proportion identique. En comprenant la suppression des subventions aux entreprises et meme celles europeennes. Seule la recherche, a risque et forte incertitude, necessite un financement particulier. Pas l'embauche d'une personne, pas tout ce fatras qui ne fait que justifier votre administration dans son interventionnisme.

Compte tenu de votre monarchie elective, vous allez jouer a la roulette votre avenir. Car une fois elu, votre Prince(sse) peut faire ce qu'il(elle) veut (Democratie, pays des droits de l'homme? ) . Rejouant les scenario des annees passees. Media en auto-censure sauf vers cette fin ou tous tirent sur l'ambulance presidentielle car la soupape peut faire enfin echapper ce qui fut musele.

Quant aux liberaux (partisans de la liberte dans le sens francais) qu'ils prennent la voie haute (the high road, not the easy way). En faisant remarquer que ce que R. Reagan et M. Thatcher firent fut porte et soutenu de facon large (il faut donc reunir sans se tromper de cible). Lorsque l'on compare les chiffres des differents pays, ce qui saute aux yeux c'est le poids de l'Etat et par contraste la sous performance economique.
Les diafoirus socialistes ont tout essaye pour maintenir le premier en s'attaquant au symptome (comme dit plus haut) au prix de mille mensonges. Essayez la Liberte et de dire la verite. Le corporatisme publique est la plaie de votre pays en ayant fait des metastases en economie dopee a la subvention. T. Blair analyse aux logiciels politiques francais parait plus a droite que votre pathetique president (j'ai lu d'excellents articles dans ce blog, je reprends le terme). Irlande et UK fonctionnent. France et Allemagne stagnent.

Il n'y a pas pire aveugle qui ne veut voir et cela dure depuis longtemps. Essayez la Liberte et de dire la verite: ce blog y participe. Good luck.

 
At 2:20 PM, octobre 05, 2006, Blogger JDCh a dit...

Si vous cliquez sur le lien Amazon en bas de mon "post", vous apprendrez que l'éditeur du bouquin de Thierry F est en rupture de stock...

 
At 8:58 AM, octobre 06, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Succes evident comme pour le bouquin de l'employee d'edf qui fit scandale il y a un an ou deux. Normal. A systeme bloque reponses pas forcement souhaitables.

A propos: interessant le bouquin de VGE expliquant comment un certain JC, pas le premier non, celui du siecle passe qui sevit encore, appela a voter socialiste et amena Quatorze ans de trollisation pour reprendre le terme. En conserquence de cette strategie geniale, ce qui est decrit dans le bouquin dont vous parlez et grosso modo 1 million de fonctionnaires territoriaux et etat en plus.

Cherchez l'erreur! Au dela du personnage pathetique tout un systeme de gouvernance pathetique. Comment voulez vous qu'il en sorte autre chose que ce qui est dit en ce bouquin, et autres bouquin divers relatifs a l'Omerta francaise, etc. Si 'on' organise son impunite alors la se sera la cerise sur le gateau. Bien pire que ce qui est dit dans ce bouquin, pourquoi? Car c'est le signal que telle est la norme.

 
At 1:18 PM, octobre 06, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Si j'ai bien lu l'article: ANPE de Roanne. Roanne donc, 55000 personnes en 75 en gros 35000-38000 de nos jours (Wikipédia Roanne); vaste désastre économique, un gros employeur public GIAT mais un gouffre financier connu, Jean Auroux Maire de 77 à 01. Le cas du contexte dans lequel vit TF est au moins aussi intéressant! Ceci dans le contexte global évoqué plus haut. No surprise!

 
At 6:39 PM, octobre 06, 2006, Anonymous Olive a dit...

Le commentaire de swing2 dans le forum http://forums.france2.fr/france2/arene-de-france/MOI-Thierry-F-CHOMEUR-PROFESSIONNEL-sujet-649-1.htm
est explicite quand aux différentes allocations, les conditions pour les percevoir et leur réel montant:

___________________________
Extrait
L’ASS n’est attribuée qu’aux chômeurs en fin de droit Assédic qui ont eu 5 ans (60 mois complets, au jour près) d’activité salariée dans les 10 dernières années précédents le dernier licenciement.

Avec ses deux ans et demi, Thierry F. est loin du compte.

L’ASS, ce n’est pas 600 euros par mois mais 14,25€/jour maximum, soit 14,25€/jour maximum, 441,75€ par mois ... les mois de 31 jours, 427,50 les autres.

L’allocation logement, Thierry F., n’y aurait pas droit, étant propriétaire de son logement, sauf s’il le paie encore à crédit. Et dans ce cas, elle serait sans doute loin de couvrir la totalité de la mensualité.

En revanche, il aurait le droit et le devoir de payer la taxe foncière plein pot et parfois c’est plusieurs mois d’ASS à sortir de sa poche. Ce n’est pas avec la prime de Noël, 152 euros qu’il la paierait ...

Le « Fonds solidarité énergie », cela dépend des départements. En général, il faut s’humilier en fournissant maints justificatifs de sa pauvreté pour pas grand chose, une aumône au regard de toutes les factures à acquitter. Une seule aide est accordée par année civile, sous forme de secours ou de prêt en fonction du quotient familial. Le journaliste n’a-t-il donc jamais entendu parler des personnes mortes de froid dans leurs appartements glacés ni des familles brûlées vives parce qu’elles s’éclairaient à la bougie après une coupure EDF ?

Des « fines lunettes à 500 euros payées par la CMU » ?

Le remboursement CMU, qui est fonction de la correction, va de 54,57 euros à 137,21 euros maximum (monture et verres) par an ....

« L’ASS, c’est donc la planque » ?

Alors la chasse aux chômeurs en ASS par l’ANPE et la DDTEFP, on l’a rêvée ? Les « propositions » (si-tu-refuses-t’es-radié) d’emplois « aidés », de stages de « remobilisation », il y aurait échappé, ce chômeur en Alfa Roméo qui aurait cessé toute activité à l’âge de 20 ans ?

Faire naître le bouc émissaire

Ce journaliste a au moins compris que la vraisemblance n’a pas besoin d’être au rendez-vous pour faire naître le bouc émissaire.

Même avec si l’ASS était à 600 euros, même s’il avait trouvé sa bagnole de luxe dans une pochette-surprise, comment ce chômeur l’entretiendrait-il ? Rien que l’assurance ... Et ne parlons pas des pièces détachées et du carburant.

La perversité de cet article qui les désigne comme des « parasites », comme les victimes de la prochaine chasse aux sorcières n’a pas échappé aux chômeurs.

Dommage. L’antihéros affabulateur, poujadiste, antipathique et caricatural de Roanne masque peut-être un chômeur dans lequel pas mal d’entre nous se reconnaîtraient : Il passe beaucoup de temps à servir « d’avocat-conseil à ses amis salariés ». Il fait la « nounou ». Bénévolement.

Il refuse l’exploitation salariale : (...) « son père ébéniste, qui pendant cinquante et un ans a construit des cuisines aménagées sans pouvoir s’en offrir une, fait figure pour lui de repoussoir » et a développé des stratégies de résistance à l’emploi non désiré.

Il partage cette opinion très courante dans le monde laborieux : « Le travail, il faut le laisser à ceux qui en ont besoin pour se sentir bien dans leur peau ».

L’article crapoteux d’Ono-Dit-Biot est accompagné de deux encadrés qui confirment les intentions de la rédaction du Point.

« Les « plus » du RMI »

L’un s’intitule : « Les « plus » du RMI ».

« Quand on est RMIstes, on a aussi droit à :

l’allocation logement à taux plein ; la suspension de ses dettes fiscales ; l’exonération de sa taxe d’habitation, de sa redevance, de sa cotisation à la CMU ; l’accès gratuit à la complémentaire santé de la CMU : la prime de Noël ; le tarif téléphonique social : la réduction dans les transports, la gratuité dans les musées, diverses allocations supplémentaires (en fonction de son lieu d’habitation). »

Elle est pas belle la vie de RMIstes ? Rien à payer ! Tout est gratuit ! C’est tous les jours « aujourd’hui, on rase gratis » !

« L’allocation logement à taux plein » ?

Les RMIstes sont la seule catégorie qui ne perçoit pas l’allocation logement à taux plein !

Un « forfait logement » est systématiquement déduit du RMI (moins 50 euros par mois.)

Pour la quasi totalité des RMIStes, les locataires comme les propriétaires, le RMI, ce n’est pas 433 euros par mois mais 383 euros. Les 433 euros, c’est pour les SDF, à condition qu’ils connaissent leurs droits et qu’ils sachent se faire entendre.

En outre, « Taux plein » ne signifie pas loyer payé, loin de là. L’allocation est plafonnée. Le régime est le même que pour tous les chômeurs et salariéEs et tient compte de tous les revenus des cohabitantEs et du quotient familial.

RMIstes ou non, dans la plupart des cas, il reste une partie (parfois importante) du loyer à payer.

« La suspension de ses dettes fiscales » ?

Pas plus, pas moins que toutes les personnes « en grande difficulté » sociales et surendettées (titulaires de minima sociaux, mais également actifs avec de très faibles niveaux de revenus). Il n’y a rien d’automatique. La suspension est accordée au cas par cas après des galères inextricables et des examens à la loupe et humiliants de la situation familiale et sociale.

« L’exonération de la taxe d’habitation » ?

Pas plus pas moins que les autres catégories de « pauvres », selon revenus et composition familiale.

« Exonération de la redevance » ?

Quelle redevance ? L’exonération de la redevance télé n’est pas automatique. Quant à la redevance d’ordures ménagères, elle n’est jamais exonérée.

« CMU » ?

Fonction du revenu, pas du « statut » de RMIste.

« Prime de Noël » ?

152 euros, la belle affaire ! Est remise en question tous les ans.

« Tarif téléphonique social » ?

Une réduction d’un peu plus de 50% uniquement sur l’abonnement France télécom.

« La réduction dans les transports » ?

Où ça ? Aucune réduction sur les lignes SNCF. Les chômeurs et RMIStes sont une des rares catégories à ne bénéficier d’aucune réduction sur les lignes nationales !

Réductions éventuelles sur les TER -dans les limites de la région- selon le bon vouloir des conseils régionaux : souvent conditionnées à l’inscription à l’ANPE (les RMIstes ont souvent été radiéEs en masse lors de la première campagne de radiations) ou à la recherche d’emploi.

« Diverses allocations supplémentaires » ?

Ah oui ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?
Fin de l'extrait
___________________________

Ce livre (d'après le résumé du livre) me semble une affabulation totale et fait croire des énormités.

Par contre pour ce qui est du résultat des ventes c'est un vrai coup de maître.

 
At 12:09 PM, octobre 07, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Le problème n'est pas la discussion sur les 'avantages' sociaux, le fond est que le vrai avantage est le travail et que tout ce qui l'interdit , ce qui interdit des milliers de 'petits' métiers est la vrai cible.

Un autre article de JD parle des métiers qui mettent le pied à l'étrier aux usa et impossibles ici. L'ursaff a décapité tant de tentatives, mais l'urssaff est le bras, le problème vient en fait du déséquilibre structurel de la société imposé par le périmétre de l'Etat et tout ce que font bien des gens en s'occupant en ces bureaux... Le coût est un problème, les missions en sont un de taille bien supérieure. Si j'ai besoin d'un tuyau, je n'ai pas besoin d'une usine à gaz! Keep it simple and stupid!

Mais le pire n'est pas là, comme il est dit plus haut dans les commentaires. C'est l'économie dopé à la subvention et accoutumée aux parapluies étatiques (connivence et bricolages divers).

Si dans le premier cas on parle par 100 millions d'Euros, dans le second on parle par dizaines de milliards d'Euros.

Et pire le second est facteur aggravant du premier!

 
At 3:26 PM, octobre 07, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Bigre !, ce qu'écrit le gars plus haut (olive said) interroge. On peut tout aussi bien se demander si ce n'est pas un coup de presse de plus. Il y a des sujets qui se vendent très bien en ce moment? Un petit malin qui se serait engouffré dans la brêche et qui nous aurait berné. Pourquoi pas, on mélange le vrai au faux, on emballe tout cela d'anecdotes croustillantes (il suffit de fréquenter les comptoirs de café à l'heure de l'apéro...), et voilà un succès de librairie. On peut s'attendre à tout.

 
At 9:43 AM, octobre 10, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

D'une certaine maniere, le mensonge partage et repris par des medias sans investigation, sans critique et sans curiosite arrange les vrais abuseurs en deviant le projecteur. De plus on peut en vivre en faisant un petit business.

C'est assez courant ici, et si, par chance, on arrive a combiner une logique interne de desinformation avec une externe, le grand ennemi outre-atlantique et l'economie globalisee, jackpot!

Messieurs, manip de la gauche etatiste!

Ne soyez pas dupe!

Comme identiquement les 'associations' qui utilisent les refugies, leur conseillant des actes non pas dans l'interet de ces personnes, mais dans la logique utile au parti qui defend le centralisme, le perimetre de l'etat centralise, ses missions et roles partout...

Ici il s'agit d'eclairer des choses en fait marginales et partiellement fausses pour devier le projecteur des logiques de la mixite economique et de l'economie dopee a la subvention.

Observer l'actualite et regarder certaines operations en cours... Le politico-economique se trompe partout, a des couts gigantesques!

Portez la l'eclairage!

La desinforlmation? Voici son mecanisme: faire confusion entre association (de faits partiels) et causalite. Amplificatrice de cette causalite et minorante de la vraie cause. Mecanisme connu.

 
At 8:08 AM, octobre 11, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Bravo Olive tu as vu juste! Moi ce qui m'a fait tilté c'est la paire de lunettes à 500 € remboursé par la CMU... Bien sûr
Bref, un bouquin fait par un rigolo qui cherche à escroquer non pas l'etat mais plutôt les gogos qui vont acheter son bouquin.

 
At 10:38 AM, octobre 11, 2006, Blogger JDCh a dit...

A remarquer que Eric d'Agoravox dit la même chose que Thierry F et ne publie pas de livre...

 
At 9:33 PM, octobre 12, 2006, Anonymous Thomas a dit...

Un seul détail suffit à prouver que l’ouvrage de « Thierry F. » relève d’une cynique manipulation destinée à stigmatiser les chômeurs : le livre qu’il prétend consulter -« Découvrez le potentiel qui se cache en vous ! »- pour faire exactement le contraire n’existe tout simplement pas. Les chômeurs qui chercheraient à se procurer cet ouvrage censé donner les clés pour s’extirper de leur tragique situation auront la mauvaise surprise de découvrir qu’un tel titre est introuvable. Ce détail que chacun pourra vérifier par lui-même démontre le machiavélisme de la démarche.

 
At 12:08 AM, octobre 20, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Bonjour, je viens de lire cet article...comment avec 2 farfelus faire des généralités. Voilà un bon exemple de stigmatisation pour dire que les "assistés" profitent du système. Pourquoi ne pas parler des chomeurs ou des RMistes qui galèrent et qui sont honnetes ? Il y a plus de gens qui magouille l'impot sur la fortune que des gens qui magouille le rmi, j'en suis quasiment sûr.

Je trouve cela limite de mettre des articles comme cela car ca participe à la fracture sociale entre les personnes ayant un emploi et les sans emploi. Je suis jeune diplomé, bac +5 en économie, 3 diplomes différents dont 2 professionnel dans 3 régions différentes et je galère à trouver un emploi. Je suis au RMi et je ne profite pas du système, je galère et pourtant j'ai pas de nom d'origine étrangère et j'ai pas d'entretien et j'ai envoyé 400 cv sans résultat. Votre article est une généralité, voir une caricature pour amuser la galerie pour montrer que la misère se moque du système. Ne pas faire d'un cas une généralité, surtout si les personnes ne connaissent pas "réellement" la misère...Cela participe au fossé et à une certaine incompréhension entre 2 france

http://guillaumemorin.blogemploi.com

 
At 7:29 AM, octobre 20, 2006, Blogger JDCh a dit...

Guillaume

cet article a été posté avant que ne soit révélée la filière comportant 10.000 faux chomeurs à Paris. Le problème existe bien...

Par ailleurs, je pose la question "débrouillardise ou cynisme?", ce qui montre bien que je pourrais comprendre qu'une personne sans travail et n'arrivant pas à en trouver se "débrouille"...

Par contre, les effets indirects d'un assistanat généralisé sont très négatifs et n'ont pas à être tus...

Je vous souhaite de trouver un travail qui vous plaise rapidement.

 
At 12:40 PM, octobre 22, 2006, Anonymous libre a dit...

Les effets négatifs d'un assistanat n'ont pas à être tue... : surtout en ce qui concerne le soutien a des secteurs économuiques.

Voici pourquoi:

Cet assistanat "économique" place les entreprises en positiion de dépendance des bureaux, leur survie tient après des années de ce traitement plus au savoir obtenir des subventions qu'à performer dans leur métier... C'est toxique car comment motiver les troupes quand en fait elles deviennent troupes de chômeurs déguisés. On plonge dans la médiocrité et les combines. On a une population d'entreprises de diverses tailles quasi mort-vivant. On reste dans des secteurs à faible croissance et on y perd des parts. On n'innove pas. Tout ceci explique la faible performance globale de l'économie française.

En dessous de 2% de croissance pas de création d'emplois (le nombre de poste dans le pays n'augmente pas). Ainsi les chômeurs vont continuer à chômer, à moins d'organiser des "chaises musicales" .

Qu'il y ait abus, of course.

Mais l'origine du mal se décline en deux axes:
1/ subventions
2/ coût de l'Etat

Enfin et c'est assez "obscur" le rôle négatif des bureaux sur l'économie (réglements, et dérives des pratiques notamment dans les marchés publics... ET Corruption)

En conclusion: si j'ai une entreprise dont tout un département perd de l'argent, je traite ce problème et je m'occupe après du traffic de fourniture de bureaux que par ailleurs j'aurais détecté.

Le premier est le moteur qui me méne dans le mur (c'est l'urgence), le second est un phénomène annexe de ce premier point de vue.

Le second est en masse financière dans le 1/1000 du premier!

Dans ce raisonnement il y a association et non causalité.

Redresser le pays passe d'abord par réduire les abus des subventions et le périmètre des bureaux comme lutter contre les dérives de leurs pratiques. Voir à ce propos le rapport de Transparency Intl!

Ceci pour dire in fine qu'à tout bureaucrate en exces au dessus de 1,5 Millions dans ce pays son chômeur "structurel" (et non frictionnel pour les spécialistes); son chômeur ou bien son non-actif.

Au global chômeurs officiel et non actifs (alors que comparativement à d'autres pays ces gens devraient avoir un job) représentent entre 6 et 7 millions de personnes.

6-7 millions de jobs dont on doit permettre la création VOILA l'OBJECTIF.

Premier constat: l'Etat coute en gros 55% du PIB. L'optimal qui permet la croissance vers les 4-5% lui ressort à 33%!

Second constat: A structure égale et comparativement à la Suede actuelle on devrait administrer le pays avec 1,5 Millions de personnes maxi!

Voilà le problème bien posé

Il faut aussi dire tout ceci JD! Ceci dit, nous sommes en accord, on ne sera jamais assez dur avec les politicailleries que l'on a vécu dans ce pays : la vraie cause de ce qui faut bien appeler un déclin!

Même si certains font ce qu'il faut faire et le font bien, une goutte de sirop dans une baignoire cela teinte assez peu l'eau!

 

Enregistrer un commentaire

 

Links to this post:


Créer un lien

<< Retour homepage