17 mai 2006
par JDCh


Petite parabole automobile

Le matin, je quitte en général mon domicile entre 7h30 et 7h45, ce qui me permet de franchir la Place de l'Etoile aux alentours de 8h et d'être au bureau 10 minutes plus tard. Mardi dernier, parce que j'étais rentré fatigué de Londres avec le dernier Eurostar, je n'ai quitté la maison qu'à 8h30 et je suis arrivé avenue Foch vers 9h mais ...

...je n'ai finalement atteint le parking du bureau qu'à 9h45 après avoir patienté une très grosse demi-heure dans l'avenue Foch en haut de laquelle une jeune femme comme celle sur la photo ci-dessus était postée et filtrait consciencieusement le trafic. En arrivant sur la place de l'Etoile, j'ai pu détecter qu'elle avait quelques collègues "actives" en haut des avenues de la Grande Armée et des Champs Elysées notamment...

Ayant eu le temps d'y penser (!), j'ai cherché à comprendre quel était le rôle de ces agents de la circulation, capable de bloquer en très peu de temps 3 grandes avenues parisiennes, agissant en complète désynchronisation des mécanismes régulateurs habituels (feux rouges) et suscitant une symphonie à base d'avertiseurs polyphoniques.

Aucune réponse claire ne m'est apparue et seules deux hypothèses m'ont paru valides:

1/ La Ville de Paris (à moins que ce ne soit la Préfecture) a des fonctionnaires inoccupés et/ou des objectifs de dépenses à atteindre et a donc dépêché cette "squad" de casquettes à damier jaune et noir pour occuper ces fonctionnaires et/ou dépasser ses objectifs de dépenses de nos impôts;

2/ La Ville de Paris cherche définitivement à dégouter les proches banlieusards comme moi de pénétrer dans Paris en voiture et met les moyens adéquats pour qu'une partie de la population automobile adopte les transports en commun.

Si j'habitais plus près de la gare et si j'avais des horaires plus réguliers le soir, j'adhérerais assez volontiers au second objectif mais j'ai du mal à ne pas retenir la première hypothèse comme étant majoritairement valide et explicative de cette anecdote.

Vous vous demandez sans doute où je veux en venir. Rassurez-vous je ne suis pas simplement en train de pointer à la façon de "Combien ça coûte ?" des dépenses inutiles engagées par nos élus. La parabole est ailleurs...

La criante inefficacité du dispositif des "fliquettes à damier" a non seulement un coût mais surtout des impacts négatifs nombreux: des voitures qui consomment et polluent dans les embouteillages, des gens qui vont arriver en retard et énervés à leur premier rendez-vous professionnel du matin, des comportements irrités voire haineux qui se révèlent vis à vis de ces fonctionnaires ou des autres automobilistes...

De l'exacte même façon, lorsque l'état se mêle trop d'économie, y ajoute sa part d'imprévus, de sur-règlementation, de négation des mécanismes régulateurs "naturels" et d'interaction négative avec les acteurs économiques, il entrave l'économie (on trouvera, à ce propos, beaucoup d'exemples dans mes "posts" précédents notamment Service non compris ou 35 heures: saison 4).

La place de l'Etoile est comme une place de marché avec ses règles et sa fluidité naturelle. La semaine en l'absence de nos amazones casquettées, tout se passe parfaitement: le rythme des feux et les pratiques usuelles trouvent leur équilibre optimal... Tout se coince dès qu'un agent extérieur (surtout investi d'une autorité "souveraine") y apporte contraintes et imprévisibilité. Tracasseries administratives, règlements complexes, taxes sur "tout ce qui bouge"... portent tous une casquette à damier !

Le libéralisme n'est pas, comme chacun ne le sait pas forcément, une théorie économique, il s'agit plutôt d'une pensée politique qui reconnaît que des systèmes sont nécessaires pour organiser la vie collective et la démocratie mais qui garde farouchement une ultra-vigilance quant au respect de la liberté individuelle: une des libertés fondamentales étant celle d'entreprendre (et de s'enrichir ce faisant), on comprend pourquoi les entrepreneurs sont majoritairement libéraux.

La liberté de pratiquer telle ou telle religion ou de s'exprimer sont également fondamentales: la prochaine mise en place de péages à l'entrée des églises, temples, synagogues et mosquées et les prochaines taxes touchant artistes, journalistes (et blogueurs) vont être rendues nécessaires par la situation catastrophique de nos finances publiques (je ne fantasme pas tant que cela quand on voit les dernières déclarations de Alain Lamassoure, autre pyrénéen pathétique, sur les SMS et les emails, cf ce post). En fait, je souhaite assez vivement l'introduction rapide de ces nouvelles "gabelles" car elles permettront au camp des libéraux de grossir très rapidement !

En effet, le respect de la liberté individuelle a du être oublié quelque part dans nos raisonnements dits "républicains"... Les êtres censés reconnaissent que la liberté individuelle s'arrête là où commence celle d'autrui, considèrent comme absolument nécessaire qu'il y ait un code de la route (il est à noter, d'ailleurs, que, dans les pays dits "libéraux", celui-ci est respecté bien plus scrupuleusement et docilement que chez nous) mais les libéraux font partie de ceux qui recherchent le PGCD (Plus Grand Commun Diviseur) et ne veulent pas que les systèmes collectifs, par une trop forte expansion, s'arrogent prérogatives et pouvoirs contraignant l'individu. En France, malgré nos talents en arithmétique, nous semblons confondre PPCM (Plus Petit Commun Multiple) et PGCD quand il s'agit de politique ou d'économie !

Je lisais récemment que "69% des Français déclarent n'avoir confiance "ni dans la droite, ni dans la gauche" pour gouverner le pays, selon les résultats de la première étude du Baromètre politique français (2006-2007) Cevipof-ministère de l'Intérieur". De la même façon, je prends cela pour une forme de bonne nouvelle. Il y a vraisemblablement au sein de ces 69% une importante frange d'extrêmistes de tout poil mais il y a surtout, j'en suis à peu près sûr, une majorité de gens qui comprend que notre système est comme la Place de l'Etoile à l'heure de pointe et que nos politiciens traditionnels ne font que s'agiter avec leurs casquettes à damier.

Il y aurait contre toute attente en France une majorité libérale (consciente ou inconsciente) en train d'émerger !

Rédacteur Agoravox



9 Comments:

At 12:16 PM, mai 19, 2006, Anonymous fj a dit...

Il y a c'est exact une montée de refus, incluant le refus extrême (anti liberté, alliance verte, rose, rouges d'obédience marxiste). Il y a également là dedans un refus diamétralement opposé. Je crains que la part pro-liberté soit encore minoritaire dans ce 69%, en hausse certes mais encore minoritaire.

Mais il y a un hic! Notre Bayrou, pyrénéen lui également, rêve de revenir à une voie centrale qui ferait la majorité soit avec sa droite soit avec sa gauche. Si il y parvient, alors les réformes seront reportées. Gouverné autour de compromis de partis, le pays réel, différent du microcosme, verra se prolonger les querelles sur la passerelle du Titanic pour l'attribution des transats rouges et bleus, ceci jusqu'en 2012. Pendant ce temps de retour à la république des partis, des majorités de circonstance, l'économie échappera encore plus par défaut d'adaptation du pays.

Il me semble que le « système » a besoin de ses divisions pour exister, il faut donc les maintenir!

"If there is any way to do it wrong, they'll find it." (Murphy's law)

D'où l'importance de contrebalancer ces mécaniciens horlogers de l'étatisme notament par des actes pédagogiques. Je souhaite comme vous une majorité libérale.

 
At 3:17 PM, mai 19, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Tu as oublié une 3ème hypothèse concernant ces agents de circulations :

En général, ces agents de circulation sont la pour fluidifier le traffic aux heures de pointe. On ne les voit pratiquement jamais aux heures dites fluides.
Pourquoi, parce que la circulation a paris ne s'autogere pas aux heures de pointe.
Je m'explique, en général, dans un grand croisement comme celui que tu cites et aux heures de pointe, des files d'attentes ont tendance à se former aux milieux des carrefours (du à la densité de la circulation). Chaque automobiliste, voulant absolument traverser ce carrefour, il traverse qd c'est son tour même si il y a déja une queue au milieu du carrefour.
Ce type de queue va ralentir ou empecher d'autres automobilistes de passer quand leur feu passera au vert. La circulation devient donc plus difficile.

On répète ca plusieurs fois, tous les feux du carrefour passent au vert chacun leur tour, rendant à chaque fois plus difficile la circulation sur le carrefour et celui-ci finit par être complètement bloqué.

D'ou l'intervention avant que ce blocage arrive des agents de la circulation.

 
At 4:03 PM, mai 19, 2006, Blogger JDCh a dit...

Pour anynomous ci-dessus, les 2 km de bouchons sur l'Avenue Foch et la Place de l'Etoile quasi-vide me permettent de penser que, même si ton hypothèse est plausible, la prévention dont tu parles n'est pas très optimisée !
Ma parabole tient toujours...

 
At 4:47 PM, mai 19, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

La parabole tient. A noter que lorsque j'étais à Paris et dans les Yvelines (Vesinet) il y a qqs années, le probleme decrit commencait.

En compléments de la parabole. Les dégâts de la professionnalisation de la politique:
-pas de courage
-pas de projet
-pas d'équipe

Reprenons:

1/Pas de courage car déplaire devient un risque, celui de perdre sont seul gagne pain ou meme pire l'influence qui abrite son gagne pain non politique.

2/Pas de projet car seul la connaissance des labyrinthes compte, c'est la technicisation (la mauvaise, celle des arguties et formalismes, le juridisme sans le droit, la défense des organismes sans parler de leurs missions, etc, ceci vécu comme le serait le culte sans la foi) qui tue les projets. Le projet risque de mettre en lumière la ficelle qui permet de se diriger dans le labyrinthe. Ceux qui sont plus méchants utilisent marigot ou bien mafia au lieu de labyrinthe.

3/Pas d'équipe car seules comptent les barbichettes. Un système dans lequel tout le monde tient tout le monde, tout ce monde clones issus de l'administration et en elle de l'ENA, ceci débordant et ayant atteint des entreprises qui ainsi son relais de la politique. L'équipe risque d'introduire des électrons libres dans ce système faussé ce qui est son pire cauchemar. Lire les "affaires" actuelles à cette aune est hautement explicatif.

La politique ainsi vécue c'est le narcissisme, les courtisans, les à-plat-ventristes, la démagogie et c'est la médiocrité. Ceci n'attire pas des « bons ». Seule compétence là dedans l'esprit de clan, savoir se serrer les coudes et savoir se tenir par la barbichette. Sauf exception certes, rares.

Tout ceci donne la priorité à l'esprit de système, aux compromissions, etc, en oubliant les hommes gouvernés, qui par ailleurs sont les dupes et les bailleurs de fonds de ce système!

Appelons cela la Médiocratie!

Ce faisant il y a coupure entre ce microcosme et les gouvernés.

Or l'état du pays demande de prendre des risques, le courage de déplaire en reformant l'Etat, les administrations et tous les « machins », avoir le courage d'en fermer certains (pas pour les recycler en d'autres); il demande également un projet, une perspective, et un premier acte (fort si possible ce qui renvoie au courage); ce projet demande une équipe non de clones issus des mêmes formations au service du projet.

Ce pays doit retrouver la liberté qu'il a jeté à des systèmes, ceci depuis très longtemps, comme une survivance de l'absolutisme au début du XIXème siècle.

 
At 11:45 PM, mai 19, 2006, Anonymous Gilles a dit...

Jean David, je te conseille de flouter le visage sur la photo pour eviter tout problème potentiel futur. Mon commentaire n'est il pas un court résumé de l'état du liberalime en France !?

 
At 12:18 PM, mai 20, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Voici un document à écouter :

http://www.oxytan.com/kae/gave.wav

La France pays des fonctionnaires,
comment en sortir par Mr Gave.

Protéger la fonction publique des politiques, assurer sa neutralite; empecher les fonctionnaires sans demissionner de faire de la politique.

Separer politique et fonction publique. Neutralite!

Sinon on est en economie marxiste. Et nous y sommes!

 
At 4:04 PM, mai 20, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Parabole des horloges:

Un homme meurt. Il monte au Paradis. Il arrive, un ange lui explique qu'il géren des horloges, chacune avance d'une minute à chaque mensonge dans leur vie. L'homme regarde alors une salle immense avec des horloges partout sur les murs. L'ange lui montre la sienne, 2000 heures au compteur, pas brillant!

Il demande alors à l'ange où sont les horloges de Chirac et Villepin?

L'ange lui répond, c'est Dieu qui les garde la haut, l'été elles lui servent de ventilateur!

 
At 1:29 PM, juillet 21, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Nice idea with this site its better than most of the rubbish I come across.
»

 
At 10:23 AM, juillet 23, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

I find some information here.

 

Enregistrer un commentaire

 

Links to this post:


Créer un lien

<< Retour homepage