28 novembre 2006
par JDCh


Des anges, pas bête

Mon "post" France Investissement: ni ange mais bête ? a pris un petit coup de vieux suite aux annonces de Mister Dutreil qui, encore une fois, va dans le bon sens sans aller malheureusement au bout...

En effet, les messages à l'adresse des "business angels" sont positifs et très encourageants mais on est assez loin de ce qu'il faudrait:
  • aucune mention du moindre lien avec le "machin" France Investissement... Un abondement par le "machin" pourrait avoir un superbe effet de levier;

  • le plafond de 40.000 € est assez loin de ce qui serait pleinement efficace: 200.000 € ou 300.000 € seraient bien évidemment bien plus attractifs;

  • pas sûr que l'exonération d'impôt sur les plus-values soit plus efficace qu'une exonération des sommes investies de l'assiette de l'ISF. Je suis même sûr du contraire.... Pas de bonne raison pour les "sous cachés ou exilés" de ré-apparaître !

Well tried but could be much better !

Le Monde 28/11/2006: Le ministre des PME Renaud Dutreil doit annoncer mardi la création d'un statut de société de "business angels", qui permettra à ces investisseurs individuels finançant des entreprises nouvellement créées de se regrouper en bénéficiant d'avantages fiscaux. L'objectif est de passer de 4.000 "business angels" en 2006 à 10.000 en 2009 et 20.000 en 2012, alors que la Grande-Bretagne en compte 40.000 et les Etats-Unis 400.000, a-t-on précisé de source proche du dossier. Le gouvernement entend ainsi favoriser le développement des "gazelles", pour lesquelles les "business angels" fournissant un financement essentiel dans les premières années (pour les investissements entre 100.000 et un million d'euros).
Les sociétés de "business angels" devront regrouper au minimum quatre investisseurs. Ceux-ci bénéficieront d'une réduction d'impôt à l'entrée, à hauteur de 25% des sommes investies, dans la limite du plafond de 40.000 euros pour un couple établi par le dispositif Madelin en faveur des PME. Cette mesure fiscale sera opérationnelle à partir du 1er janvier 2007. Par ailleurs, ces "business angels" bénéficieront à la sortie, lorsqu'ils céderont leur part de la société, d'exonérations des plus-values réalisées. Parallèlement à la création de ce statut, le gouvernement étudie plusieurs pistes pour améliorer la collecte des fonds destinés à financer les PME. Il pourrait notamment fusionner l'ensemble des niches fiscales qui existent pour les PME, à savoir l'avantage Madelin, le fonds d'investissement de proximité (FIP) pour soutenir les PME régionales et le fonds commun de placement dans l'innovation (FCPI) pour les PME innovantes, qui ont des plafonds différents (40.000 euros pour le premier, 24.000 euros pour les autres).



3 Comments:

At 11:31 AM, novembre 28, 2006, Blogger Marthouret a dit...

Et l'état de penser qu'il peut créer des business angels à coup de lois. Quelle navrante prétention.
Tous les moyens sont bons, (même les plus mauvais) pour sauver la face, au nom de cette entité abstraite qu'est l'état.

 
At 11:56 AM, novembre 28, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Les 25% de réduction d'impôt ( ainsi que le plafond ) me font penser aux 25% de réduction des FCPI dans le principe. Presque rien de nouveau sous le soleil, en fait, on continue la partie de bonneteau...

 
At 12:01 PM, novembre 28, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

On continue la partie de bonneteau!

Et la réalité est la suivante:

http://chevallier.turgot.org/a445-Croissance_francaise_a_zero_et_creation_monetaire_debut_de_la_fin_de_l_exception_francaise_.html

le début de la fin de l’exception française!

Ne jouez pas au bonneteau, vous êtes prévenus.

 

Enregistrer un commentaire

 

Links to this post:


Créer un lien

<< Retour homepage