24 novembre 2006
par JDCh


Eiffage: les salariés se renforceront-ils dans le capital ?

Polémique entre JF Roverato et le syndicat SUD-Autoroutes sur une lettre de relance envoyée par la direction générale du groupe Eiffage à ses salariés quant à leur souscription à une augmentation de capital réservée à 48,50€ (clôture à 78,65€ hier).

Qu'en penser ?
  • Eiffage présente déjà la particularité d'avoir 23,50% de son capital détenu par ses salariés ce qui est assez rare et justifie que Monsieur Rovareto écrive à ses salariés (actionnaires ou pas);

  • Le prix proposé paraît très attractif, les conditions sur la durée de détention au sein d'un Plan d'Epargne Entreprise sont, sans doute, un peu dissuasives (argent bloqué pendant 5 ans) et la fiscalité de la plus-value éventuelle est, par contre, optimisée: si je suis salarié et que j'ai un peu d'épargne mobilisable, je devrais souscrire.

  • Les 180 millions d'euros objets de la souscription constituent cependant une belle somme de plus de 3.000 euros par salarié, ce qui explique qu'il sera sans doute difficile d'avoir une souscription à 100%.

  • Une OPA hostile suivie d'une Offre de Retrait Obligatoire semble fort improbable sur ce groupe puisqu'il faudrait détenir 95%.

  • Une prise de contrôle à 50+% est toujours possible mais bien verrouillée avec non seulement les salariés détenant à ce jour 23,50% mais également Gestion BTP (société de gestion d'épargne salariale) à 19,65%, la Caisse des Dépôts à 5% soit un total "amis à priori" de 48,15% auquel il faudra ajouter les 0 à 4% d'actions nouvelles souscrites par les salariés.

  • Empêcher l'espagnol SACYR d'atteindre une minorité de blocage à 33% est évidemment extrêmement difficile: Fidelity ou Fibelpar (groupe Albert Frere qui est vraiment partout !) ou BP France (qui est peut-être un partenaire industriel par ailleurs) pourraient être tentés de réaliser une belle plus-value...

  • Avec une minorité de blocage détenue par Sacyr, l'équipe de management en place ne serait pas du tout sûre de perdurer (litote) et une bonne gestion par une nouvelle équipe pourrait conduire les salariés à "adopter" leur nouvelle direction et à constituer avec elle et Sacyr un nouveau "bloc de contrôle" !

Tout est donc possible, le poids des salariés dans le destin du groupe est, en fait, parfaitement décisif et il est étonnant (quand on ne connaît pas les origines du syndicat SUD) qu'un syndicat de salariés ne souhaite pas que cette influence se renforce !

Eiffage -Polémique direction/syndicat sur le capital
PARIS, 23 novembre (Reuters) - Le syndicat Sud-Autoroutes a assuré jeudi que le président d'Eiffage < EIFFAGE >, Jean-François Roverato, avait lancé un appel au secours aux salariés pour qu'ils achètent des actions en vue de contrer une éventuelle hostile, ce qu'a contesté la direction du groupe de B-TP.
Dans un communiqué, le syndicat rapporte que le président du groupe a adressé une lettre manuscrite aux salariés, le 11 novembre, pour s'étonner d'une participation de seulement un tiers à la nouvelle augmentation de capital "Eiffage 2011" réservée aux salariés, portant sur 3,75 millions d'actions, soit 4% du total.
Il souligne que le prix proposé est de 48,50 euros alors que le cours de Bourse était de 73,85 euros le 10 novembre. Il ajoute que les salariés ne prennent aucun risque.
Pour le syndicat, qui note que la période de souscription a été prolongée d'une dizaine de jours jusqu'à ce jeudi, Jean-François Roverato "lance un véritable appel au secours pour la survie du groupe Eiffage (les prédateurs européens du B-TP, tel l'espagnol Sacyr, apprécieront de pareilles pratiques qui confirment publiquement l'extrême vulnérabilité financière d'Eiffage)".
Sacyr détient déjà 32% du capital tandis que les salariés ont 23,5%, selon les données au 30 juin 2006.
Sud estime que le président "demande à ses salariés de bloquer durant cinq ans de l'argent en actions Eiffage afin de lui venir en aide alors que bon nombre de salariés du groupe ne savent même pas ce qu'ils seront devenus d'ici à un an".
Il dénonce des licenciements et des restructurations, en particulier chez APRR .
Chez Eiffage, on a confirmé l'authenticité de la lettre mais on a rejeté les conclusions de Sud-Autoroutes.
Une porte-parole a reconnu que le démarrage de la souscription avait été "lent" mais a ajouté que le plan avait été lancé pendant les vacances de la Toussaint de 2005. Elle a indiqué que la période a été allongée pour tenir de ces congés.
"Mais nous ne sommes pas à 30% de souscription. Nous sommes à 50%. C'est un chiffre que nous dépasserons largement", a-t-elle dit en précisant qu'un "commentaire objectif" serait apporté le 14 décembre, jour de la création des actions nouvelles.



1 Comments:

At 2:27 PM, novembre 27, 2006, Anonymous Anonyme a dit...

Merci pour ce blog si interessant.
Bonne continuation
------------------------
Caisse Epargne

Placement Epargne

 

Enregistrer un commentaire

 

Links to this post:


Créer un lien

<< Retour homepage