06 avril 2007
par JDCh


Bruno Bonnell: game over !











La presse s'émeut du départ du fondateur emblématique de l'éditeur de jeux vidéos Infogrames tandis que la bourse semble s'en réjouir (le cours a gagné plus de 28% hier).

L'histoire de Bruno Bonnell est avant tout une formidable histoire entrepreneuriale: il fonde Infogrammes à 25 ans, l'introduit sur le second marché à 35 ans et il se retrouve en 1999/2000 à un peu plus de 40 ans à la tête d'une entreprise n°2 mondial des jeux vidéos, visant un chiffre d'affaires supérieur au milliard de dollars, valant plus de 25 milliards de francs en Bourse et dont lui et ses co-fondateurs détiennent près d'un quart du capital... Un sans faute sur 16 ans !

Une grosse erreur a cependant été commise pendant cette période folle appelée la "bulle Internet". Cette erreur aurait été très certainement commise de la même façon, vu le contexte euphorique de l'époque, par un gestionnaire chevronné: lever environ 600 millions d'euros de dette sous forme d'obligations pour faire des acquisitions aux Etats-Unis et notamment acquérir GT Interactive.

Depuis 7 ans, le groupe Infogrames fait des pertes, se bat avec ses obligataires (les banquiers prêteurs des 500 millions d'euros) qu'il ne peut pas rembourser et... ses fondateurs ne détiennent plus aujourd'hui que 1,7% du capital avec une capitalisation boursière qui a atteint récemment son plus bas à 250 millions d'euros...

Dans sa Lettre aux actionnaires du 12/09/2006, Bruno Bonnell annonçait la fin du "tunnel". L'augmentation de capital évoquée a été réalisée en janvier dernier et l'offre d'échange portant sur les dernières obligations a été acceptée par 99,49% des porteurs mi-mars. Le groupe est sauvé de la faillite par incapacité à régler une dette exigible. Il reste très fragile quant à sa capacité à équilibrer l'exploitation...

Patrick Leuleu, ancien Directeur Général de Bouygues Telecom, succède à Bruno Bonnell -qui quitte totalement le groupe- en tant que Président-Directeur Général pour essayer de sortir le groupe de la zone rouge, lui permettre de survivre puis, je l'espère, de pouvoir redevenir conquérant.

J'espère également que Bruno Bonnell a pu, à la bonne époque, vendre une partie de ses actions et se retrouver à l'abri du besoin et qu'il aura la bonne idée et l'énergie pour relancer une nouvelle entreprise avec la maturité et l'expérience de ses presque 50 ans...

Je m'étonne cependant qu'il ait fallu 7 ans au groupe pour résoudre cette situation de sur-endettement. Qu'il n'y ait pas eu entretemps de scénario, prévoyant sans doute le départ de Bruno Bonnell de ses fonctions de dirigeant, permettant de recapitaliser l'entreprise plus vite et lui éviter le chemin de croix qu'elle a connu. Il est peu probable qu'une situation de ce genre ait pu perduré aussi longtemps aux Etats-Unis ou en Grande Bretagne...

My guess is that it has been time to move on for a long time...

A ceux qui en savent plus que moi de nous éclairer.



1 Comments:

At 8:20 PM, avril 10, 2007, Anonymous Anonyme a dit...

Il est peu probable qu'une situation de ce genre ait pu perdurer aussi longtemps aux Etats-Unis ou en Grande Bretagne...

Question de reseaux sociaux locaux!

 

Enregistrer un commentaire

 

Links to this post:


Créer un lien

<< Retour homepage