15 mars 2007
par JDCh


La mesure phare de Calibayrou

Analyse intéressante comme toujours de l'IFRAP (voir ci-dessous) concernant la mesure phare de notre ami Calibayrou: les fameux 2 emplois-francs par entreprise.

Comme je l'avais déjà souligné dans mon "post" L'irrésistible ascension de Calibayrou, la mesure n'est pas simple à implémenter et un système de "bonus" (ou plutôt de "discount") sur les charges sociales des entreprises créatrices d'emploi serait sans doute bien plus vertueuse, sans effet de seuil et sans effet d'aubaine donc bien plus efficace pour nos finances publiques et plus pérenne pour notre économie.

Quelques remarques sur l'analyse:
  • Le raisonnement selon lequel les entrepreneurs et notamment les petites entreprises n'embauchent pas car elles ont peur du coût d'un éventuel licenciement ultérieure est parfaitement juste (cf L'emploi crée la croissance...) mais bizarrement aucun candidat n'ose dire la chose telle qu'elle est. Le projet de contrat unique va peut-être dans ce sens mais j'anticipe une nouvelle usine à gaz dont notre code du travail raffole...

  • Le raisonnement selon lequel on peut indemniser de façon plus forte ou longue le chômage est également juste (cf Inflexicurité à la Française) mais encore faut-il rendre des vraies mesures favorisant la création d'emplois...

  • L'IFRAP déteste les déficits publics (et ils ont raison) et conteste le fait qu'il faille des allégements de charge. Je pense pour ma part que le concept de "bonus/discount" sur l'augmentation des charges sociales des entreprises qui embauchent serait extrêmement vertueux: on pourrait observer une augmentation de la création d'emploi (et donc de la croissance)... et une tendance à la baisse du niveau des prélèvements obligatoires dont notre pays a vraiment besoin.
Pour revenir à Calibayrou, une majorité de gens (cf petit sondage dans la colonne droite de ce blog) a l'air de s'habituer positivement à l'idée qu'il pourrait être notre Président.

Après réflexion, je diagnostique cela comme un potentiel "vote blanc qui compte".

Pas très excitant mais sans doute soulageant pour les nombreux insatisfaits que nous sommes...
Analyse

La réduction d’une partie des charges sociales associées à l’embauche de 2 nouveaux salariés est une façon habile de contourner les obstacles aux licenciements du Code du Travail qui sont la raison pour laquelle les entreprises françaises se retiennent d’embaucher environ 2 millions de salariés. Le calcul d’un employeur sera en effet le suivant : "si j’embauche et suis obligé de licencier mon salarié au bout de 2 ans, cela me coûtera au moins 6 mois de salaire ; plus au fur et à mesure que le temps passe.
Mais si j’ai économisé sur les charges sociales (tous calculs faits, environ 20% du salaire total), en 2 ans, cela me paie à peu près le coût du licenciement. Et si le marché me le permet, je garde un salarié formé. Je ne risque donc rien à embaucher".

Les limites du nombre de création d’emplois par ce mécanisme sont assez faciles à évaluer.
Les expériences étrangères, notamment danoises, et deux enquêtes statistiques menées en France par l’iFRAP ont montré que les emplois bloqués par la crainte des employeurs de ne pouvoir licencier en cas de retournement de conjoncture sont de 12% des 18 millions d’emplois marchands existants, soit environ 2 millions.
Les mêmes enquêtes montrent que la mesure Bayrou toucherait seulement 45% de ce total, les autres 1,1 millions étant dans les entreprises qui seraient disposées à embaucher plus de 2 personnes si les restrictions aux licenciements du code du Travail étaient supprimées.
Ce chiffre maximum de 900.000 est d’ailleurs en harmonie avec les évaluations de l’UDF qui situent l’effet de la mesure entre 87.500 et 140.000 emplois créés par an pendant 5 ans, soit au total de 437.000 à 875.000 emplois maximum.

Un énorme gâchis d’argent public.

La mesure Bayrou est un double gâchis :
Il est possible de récupérer non pas 875.000 ou 900.000 emplois mais 2 millions en ayant le courage politique de faire ce que les Danois ont fait : permettre à de nouveaux embauchés de choisir entre les contrats CDD et CDI existants et ce que nous avons appelé le contrat CAPE (Contrat d’Accès au Plein Emploi), l’acceptation optionnelle par le nouvel embauché de ne pas s’opposer à un licenciement sauf pour des motifs dont la liste est à définir (harcèlement sexuel, etc.). En contrepartie, le signataire du CAPE bénéficierait en cas de licenciements d’allocations chômage et de durée de couverture chômage fortement augmentées, le produit des deux étant approximativement doublé. La réduction du chômage a permis à la fois de payer ce doublement au Danemark et de renflouer les caisses chômage.

Deuxième gâchis : pour récupérer seulement au maximum 140.000 emplois par an, il faut arroser du bénéfice de la mesure chaque année environ 3 fois plus d’emplois : 400.000 emplois qui se seraient créés de toutes manières mais qui vont sauter sur l’aubaine.
L’Institut de l’Entreprise a calculé et l’UDF confirme que cette mesure coûterait au total 3,3 à 4,3 milliards d’euros en année pleine, une fois déduits les rentrées de TVA, d’IS, etc. issus de ces créations d’emplois. C’est aussi mauvais comme rendement de l’argent public que la plupart des mesures prises depuis 20 ans et qui nous ont laissé avec le chômage que l’on connaît.
Alors qu’il est possible de faire beaucoup mieux et ne rien coûter à l’Etat en créant des emplois. C’est ce qu’ont fait les Américains avec les sociétés dites Subchapter-S. nous pouvons le faire en France avec des mesures de même inspiration comme l’ISF-emploi.



14 Comments:

At 5:46 PM, mars 15, 2007, Anonymous Anonyme a dit...

Hypothese: Bayrou passe devant Segolene. Au premier tour et arrive second au second tour.

Consequence: Le center de gravite politique s'est deplace a droite.

Question: ne serait-ce pas mieux que ce parti socialiste avec son aisle marxiste comme opposition? Dit autrement: chance de voir une donne equivalente a celle de UK ou USA?

Et si tel etait le cas, je menagerais Bayrou, et je voterais Sarko quand meme.

 
At 1:43 AM, mars 16, 2007, Anonymous olive a dit...

Une petite question :

Qu'est ce que les "Subchapter-S" ?

Merci par avance pour la réponse.

 
At 2:00 AM, mars 16, 2007, Anonymous olive a dit...

Oups, je n'avais pas vu que c'est l'IFRAP qui utilise la terminologie de Subchapter-S !

J'ai regardé quelques docs en anglais mais je ne peux pas dire que j'ai une idée limpide de la question!

Alors s'il y a un éclaireur se sera avec plaisir que je le lirai :)

 
At 10:04 AM, mars 16, 2007, Blogger JDCh a dit...

je ne suis pas au fait des "subchapter-s companies". Ce que j'ai compris c'est qu'il s'agit de société ayant un petit nombre d'actionnaires (à priori personnes privées) qui ne paient pas d'impôt sur les sociétés, la fiscalité s'exercant directement et uniquement sur les revenus desdits actionnaires (ce compris les dividendes qu'ils percoivent).

Au lieu d'une fusée à 2 étages: IS puis fiscalité sur les dividendes, on assimile les dividendes à des revenus d'activité.

Si un commentateur a de meilleurs explications ou des corrections à apporter, je suis preneur.

 
At 2:48 PM, mars 16, 2007, Anonymous Anonyme a dit...

http://www.auditdelafrance.fr/


La france manque de 10000 grosses pme performantes, et dans des activites dans le temps (pas celles du passe, fut-il brillant ou seulement on par)

Pour le reste bla bla as usual "bbau"!

 
At 4:49 PM, mars 16, 2007, Anonymous Anonyme a dit...

quel est l'intérêt pour un libéral de voter Bayrou ? Je ne comprends pas.

 
At 4:56 PM, mars 16, 2007, Blogger JDCh a dit...

Je n'ai pas l'intention de voter pour Calibayrou. Je dis qu'un insatisfait qui voudrait voter blanc pourrait se soulager en votant pour lui.

 
At 6:35 PM, mars 16, 2007, Anonymous Bef a dit...

A propos, d'un point de vue libéral, quel est le meilleur candidat, selon vous ?
Surtout depuis qu'Edouard Filias a jeté l'éponge et a appellé à voter Bayrou, essentiellement pour son intention de réformer les institutions de l'Etat.

 
At 7:53 PM, mars 16, 2007, Anonymous au passage ... a dit...

Pour un libéral, c'est Sarko ...

Petit test pour ceux que ça interessent :

http://www.politest.fr/

 
At 10:17 AM, mars 17, 2007, Blogger JDCh a dit...

Pour un liberal, on doit choisir entre la peste (Le Pen), le cholera (Ségo), la grippe (Sarko) et la somnolite aigue (Bayrou)...

 
At 2:30 PM, mars 17, 2007, Anonymous Anonyme a dit...

je pense que le pire est la somnolite aigue, avec la peste, le cholera ou la grippe, on est obligé de se battre pour s'en débarrasser, la somnolite il suffit juste d'attendre...
je crois que les gens qui dirigent la France aussi bien au niveau politique qu'à la tête des entreprises ne sont pas prêts à se remettre en cause et qu'un changement de fond les remettrait en cause.
Sarko n'est ni Polytechnicien ni Enarque quel soulagement !! Je côtoie des Polytechniciens et autres diplômés des grandes écoles au sein de mon travail quelle arrogance.. certains ne te parlent pas car d'après eux tu n'es pas du sérail... ne vous fiez pas aux apparences... on peut être sur diplomé et occupé des postes moins prestigieux c'est ce qui perd la France cette suffisance...
c'est je crois là dessus qu'il faut s'interroger par seulement sur des problemes economiques
c'est du rejet que nait la haine..
je frequente tous les milieux (très aisés et moins aisés), ne croyez pas que les gens des cités se sont inscrits sur les listes electorales afin de voter Segolène mais pour voter Le Pen.

 
At 4:52 PM, mars 17, 2007, Anonymous Anonyme a dit...

A lire l'avis de Simone Veil dans le Figaro aujourd'hui:
Selon elle, l'ascension de François Bayrou dans les sondages est uniquement du à "un rejet de la politique". Et de mettre en garde les Français sur les effets de sa possible arrivée au pouvoir le 6 mai prochain "Personne ne semble voir les conséquences qu’un tel vote aurait sur la démocratie. Quand il n’y a plus de partis, on installe un système totalitaire", a-t-elle assuré.
elle sait de quoi elle parle...

ne pensons pas qu'aux chiffres ni à l'économie...

 
At 5:16 PM, mars 24, 2007, Anonymous Anonyme a dit...

J'aime ce blog par son ton et sa capacité de présenter les opportunités de changement simplement. En plus des chiffres et de l'économie, il me semble que les Français doivent également changer leur Hommes/Femmes Politiques pour que les choses changent sans que ce soit la révolution.
Le fait que l'UMP/Juppé est remise en place l'ISF reste mon plus grand désespoir car ce fut une occasion ratée de plus. Alors pourquoi pas un candidat comme Bayrou pour sortir de l'ornière à droite et à gauche ?

 
At 8:35 AM, mars 26, 2007, Anonymous Anonyme a dit...

votre idée est louable mais expliquez-moi comment cela va se passer quand une proposition de changement ne sera pas accepté par les gens de courant "gauche" et vice versa... Statut Quo..

d'autre part un pays dans opposition n'est plus une démocratie.

si changement nous voulons, il faut arrêter de donner autant de pouvoir aux syndicats.

 

Enregistrer un commentaire

 

Links to this post:


Créer un lien

<< Retour homepage