28 avril 2007
par JDCh


Les yeux plus gros que le centre


Malgré ma grande défiance vis à vis de Démagolène et mon "dubitatisme" fort pour ce qui concerne Blayrou (nouveau surnom assez réussi dont la paternité revient à celui qu'il l'a inventé et qui se reconnaîtra...), j'ai regardé la séance de flirt politique que nos deux tourtereaux ont menée en milieu de journée.

Le "scoop" issu de cette session décontractée et rafraîchissante, c'est que nos deux amis sont d'accord sur des points importants: il est important que nos institutions fonctionnent plus démocratiquement, que la France et les Français se réconcilient avec l'Europe et que le problème des banlieues soient adressé dans la durée.... S'ils n'avaient parlé que de ces sujets de convergence, autant dire que la conversation bienveillante et aimable n'aurait eu strictement aucun intérêt... sauf peut-être celui de tenter d'isoler Sarkozix qui, pourtant, est aussi d'accord avec tout cela...

Pour rester dans les généralités, il paraît utile de dire que Blayrou, dans cet exercice inédit et sans enjeu direct, a été bien meilleur que son interlocutrice. La table penchait clairement de son côté, ses formules un peu bégayées étaient plus justes et il avait tout simplement l'air convaincu voire sincère...

Miss Démago était moins ridicule que, lorsqu'à la tribune d'un meeting, elle annone des déclarations creuses et "infantilisantes" ou s'auto-excite à scander les psaumes de "la France qu'elle veut". Elle est restée, de plus, calme et souriante pendant 99% du temps... mais sa schizophrénie, entre la femme avenante, moderne et souriante qu'elle veut incarner et la tigresse élevée par les éléphants socialo-communistes qu'elle ne pourra jamais renier, est apparue de façon flagrante lors de leur micro-débat sur les cautions que doivent fournir les locataires à leur bailleur...

Démagolène propose un "service public de la caution": une nouvelle institution pilotée par les collectivités régionales qui aurait pour mission de garantir le paiement des loyers des locataires sans caution. On imagine le coût d'une telle initiative, les combines locales ou individuelles qui en découleraient et tous les débats qui mobiliseraient notre parlement pour régler des questions comme "faut-il arrêter de verser des allocations logement à celui qui ne paie plus son loyer ou faut-il à la fois payer son loyer et lui verser des allocs !?"... Bref, Démagolène veut un nouveau "machin" en déficit permanent confirmant le système d'assistanat qui asphyxie notre économie.

Blayrou propose lui de rendre obligatoire une sorte d'assurance "loyers-impayés" qui ne coûterait que quelques dizaines d'euros par an et qui trouverait, sans doute, son efficacité si mutuelles et assureurs s'y mettaient dans une bonne émulation concurrentielle. Il ne s'agirait, après tout, que d'une extension de l'assurance habitation, qui est également obligatoire, et on peut, en tout cas, faire confiance à nos assureurs pour trouver les systèmes limitant les fraudes et les déficits !

Vexée par cette contre-proposition "pseudo-libérale", Miss Schizo s'est recalée dans sa chaise et a nerveusement rétorqué "les assureurs, ils font de l'argent sur le dos des pauvres !". Cette spontanéité fugace a été vite reprise en main par son auteur et Miss Démago est réapparue ensuite souriante et calme...

Ce petit "couac" a, en fait, tout révélé. Il a démontré, si besoin en était, que la candidate du PS est toujours celle d'un parti politique "collectiviste" qui ne sait pas aller là où finalement les Français les attendent à savoir la sociale-démocratie. Malgré la "magnet" que constituent Blayrou et ses 19% d'électeurs, tout positionnement, de la part de Démagolène, moderne, réformateur, assumant le monde dans lequel nous vivons, ne niant plus les mérites du marché et n'opposant plus les classes sociales entre elles n'est qu'un leurre, un attrape-mouches, bref un piège à c...

Pour être complet, il faut ajouter que nos deux "amoureux" ne sont pas d'accord non plus sur l'euro, les 35 heures et les quelques sujets à connotation économique qu'ils ont abordés. On peut savoir gré à Calibayrou d'être resté fidèle à ses convictions, de ne pas avoir accepté d'escamoter les différences profondes qui les séparent et de finalement de devenir le point focal de la social-démocratie dont nous avons besoin comme force d'alternance sortant ce pays de sa fameuse "guerre civile".

Les socialo-communisto-trotzkistes ne pèsent plus qu'un gros tiers de l'électorat... Si les Kouchner, Rocard, DSK et autres socialistes "éveillés" rejoignent le nouveau parti démocrate, cette élection présidentielle, malgré la pauvreté des débats, aura eu des vertus bien plus profondes qu'il n'y paraît.

Thank you Mister Blayrou !



5 Comments:

At 2:21 PM, avril 29, 2007, Anonymous olive a dit...

Trés bonne analyse et toujours aussi incisive !

Pour ceux qui souhaitent voir ou revoir le débat vous pouvez le retrouver ici :

http://www.nouvellepolitique.com/indx.php?url=P6JX1.htm

 
At 6:34 PM, avril 29, 2007, Blogger LOmiG a dit...

salut
merci pour ce compte rendu d'un débat que j'ai n'ai pas eu le temps de suivre...
j'ai appelé également des mes voeux au soir du premier tour à un nouveau parti-social démocrate qui regrouperait UDF et Kouchner rocard et autres sociaux-démocrates...
je vois qu'on se rejoint là dessus : espérons que nous ne soyons pas les seuls, et qu'ne fasse de la droite reconstruite on voit bientôt apparaitre une gauche moderner et débarassée de ses démons collectivistes...

 
At 7:45 PM, avril 29, 2007, Anonymous olive a dit...

"une gauche moderne et débarassée de ses démons collectivistes..."

là il y a encore du boulot à faire !
:)

 
At 9:26 PM, avril 30, 2007, Anonymous Anonyme a dit...

Tu es d'un optimisme touchant JD sur une social-démocratie à la française, les "éveillés" socialistes moins ringards. C'est encore un état-providence qui glissera moins vite le long de sa pente mais qui glissera quand même. Tu n'es pas en Scandinavie. Pas moins d'État, pas moins de service public, pas moins de fonctionnaires. Renseigne toi sur leur bilan. Passage de Kouchner à la Santé (publique) où il a réglementé, verrouillé encore plus, alors qu'il n'y avait aucune pression pour le faire. Revoir le bilan et les idées de DSK dans le concours de beauté avec Ségo. Le bouquet, l'homme de propositions et d'inventions Michel Rocard : ISF, CSG, large assiette, faible taux, tu vois la dérive en peu d'années. Et ce beau raisonnement que je crois avoir déjà cité (approx) "Taxons davantage les patrons. Pour conserver leur niveau de vie ils travailleront davantage, augmenteront la productivité, c'est bon pour le progrès." C'était SA logique économique pour l'ISF quand il l'a établi : orienter l'épargne vers des emplois plus productifs qui compenseront le prélèvement pour les possédants. Une traduction plus simple à comprendre : tirons sur les pigeons, ceux qui restent vont devenir plus gros et au delà pour compenser la perte de masse de ceux qui auront été tués. En fait, ils s'envolent.
Once a french socialist, always a socialist French.
A+
Raoul

 
At 8:09 AM, novembre 11, 2008, Anonymous Abbie a dit...

This is great info to know.

 

Enregistrer un commentaire

 

Links to this post:


Créer un lien

<< Retour homepage