20 octobre 2007
par JDCh


Sur la grève abandonnée...

... coquillages et crustacés...



Nous avons eu hier et avant-hier droit aux grèves habituelles dans les transports en commun, celles qui caractérisent la défense en général acharnée de nos cheminots-traminots (ou gaziers-electriciens) lorsque l'on parle de limiter leurs privilèges statutaires issus de l'après seconde guerre mondiale.

J'ai déjà commis, il y a un peu plus d'un an, un "post" sur ce que j'avais appelé les GFI, Gouffres Financiers Institutionnels. Une mise à jour après ces deux jours d'activité ralentie dans notre pays s'impose...

Les confédérations syndicales, qui savent que l'opinion publique soutient le gouvernement sur l'alignement des durées de cotisations entre ces GFI d'un côté et les fonctionnaires et salariés du privé de l'autre , ont souhaité une grève "carrée" (c'est à dire très suivie mais courte) et ne se sont pas insurgés contre le principe de la réforme mais plus sur la méthode du gouvernement qui a rendu le principe d'une durée de cotisation à 40 ans "non négociable". Il y a cependant trois points principaux à négocier (cf le tableau ci-dessus):

  • d'abord quelle durée se donne-t-on pour aligner les régimes ? Le gouvernement propose 5 ans ce qui paraît long et non brutal... Un siècle serait sans doute mieux vu par nos camarades de la CGT ou de FO !
  • ensuite, quelle décote en cas d'années de cotisation manquantes ? 5% par année manquante paraît logique sachant que, par ailleurs, il existe des bonifications pour certaines catégories de personnels comme les conducteurs qui ont 1 an tous les 5 ans à la RATP et 1 an tous les 4 ans à la SNCF (30 années de cotisations réelles pour 40 années acquises !). En d'autres mots, le fameux débat sur la pénibilité qui peut-être sans fin...
  • enfin, indexation sur le coût de la vie des pensions et non sur les salaires généreusement réévalués annuellement dans nos GFI. Cela paraît évident mais faudra bien lâcher sur cela ou sur autre chose...

Tout ceci ne changera donc pas grand chose à la profonde inéquité entre salariés du privé et salariés du secteur public en matière de retraite: la base de calcul constituée par les 25 meilleures années pour les salariés du privé contre les 6 (voire le) derniers mois pour nos coûteux "agents du service public".

On aurait sans doute bloqué le pays plus de 2 jours mais rajouter un an à cette base de calcul tous les ans s'avérerait très progressif et très vertueux économiquement: le non remplacement d'un fonctionnaire ou d'un agent EDF correspondrait (après 25 ans de transition !) à une véritable économie sur nos budgets astronomiquement déficitaires !

Ceci n'est malheureusement pas du tout à l'ordre du jour de notre gouvernement... Dommage, très dommage... Cette rentrée post-élection présidentielle était sans doute une très bonne occasion de changer vraiment la donne pour une fois.



8 Comments:

At 6:46 PM, octobre 20, 2007, Anonymous Tonton Jack a dit...

Pour information, allez à l'adresse suivante:
http://www.performance-publique.gouv.fr/farandole/2008/pap/html/DBGPGMPRESPGMACTPGM198.htm

Il s'agit du PLF 2008 qui précise tout de go le montant alloué par l'Etat aux retraites de la SNCF et RATP.

Pour ordre de grandeur: budget de la justice: 5 milliards
celui recherche et enseignement supérieure: 11,5 milliards.

Sans commentaire!

 
At 5:08 PM, octobre 22, 2007, Anonymous Anonyme a dit...

l'adresse ne marche pas

 
At 5:10 PM, octobre 22, 2007, Anonymous Anonyme a dit...

si elle marche

 
At 7:04 PM, octobre 23, 2007, Anonymous Anonyme a dit...

c'est un peu facile de constater, regretter la "profonde inéquité" entre salariés du privé et du public.La mesure du passage des meilleures 10 dernières années à 25 est passée par décret du premier ministre Balladur en aout 1993.ça n'a pas bougé d'un pousse à la rentrée 93 !!!. Alors dénoncer les grèves aujourd'hui ce n'est qu'accepter de se faire tondre comme un mouton...comme en 93.

 
At 6:55 PM, octobre 24, 2007, Blogger Larry a dit...

tonte facile
très bien
mais qui fournit la laine

 
At 6:55 PM, octobre 24, 2007, Blogger Larry a dit...

tonte facile
très bien
mais qui fournit la laine

 
At 11:09 AM, octobre 25, 2007, Blogger Marc a dit...

L'inéquité dans les paramètres de calcul est certes scandaleuse dans un pays qui se targue d'égalité mais elles ne tiendra pas, comme on commence à le voir, face à l'assèchement des sources de financement.

La vraie inégalité, la plus difficile à supporter, celle dont on ne parle presque jamais, c'est la différence d'espérance de vie entre un ouvier du privé et un agent administratif de la RATP.

 
At 10:07 AM, octobre 26, 2007, Anonymous Anonyme a dit...

Cher "Anonyme", si accepter de regarder en face la réalité économique d'un pays qui vit (largement) au dessus de ses moyens doit me faire passer pour un mouton, alors oui, j'en suis un.

Et j'irais même plus loin, je regrette le discours actuel qui consiste à justifier des mouvements de grève sur le thème "vous nous remercierez un jour de vous défendre : aujourd'hui ce sont les régimes spéciaux qui sont remis en cause et demain ce sera 41 ou 42 annuités pour tous". Ca fait longtemps que nous le savons tous, simplement les syndicats font semblant de le découvrir aujourd'hui pour en faire un argument - ou pire - une excuse pour manifester. En ce qui me concerne, je ne demande à personne de s'occuper de mon bonheur à ma place : je suis assez grand pour dire moi-même ce que je veux.

Nicolas

 

Enregistrer un commentaire

 

Links to this post:


Créer un lien

<< Retour homepage