14 janvier 2008
par JDCh


Mé ke di Sarko ?

Après avoir entendu une partie de la conférence de presse de notre cher Président à la radio et revu quelques extraits sur nos télévisions préférées, j'ai décidé de revoir ce week end l'intégralité du dit événement sur Dailymotion...

Du point de vue du personnage, il est amusant de voir comment notre ami Sarko passe de la gaieté provocatrice d'un Christian Clavier, à la rhétorique "simplistique" d'un Popeck tout en ayant, de temps à autre, l'air triste et perdu du regretté Jean Lefevre... La photo à droite préfigure, peut-être, le visage de notre cher Président à la fin de son second quinquennat !

Du point de vue du contenu, le discours précédant les questions des journalistes fut long et ennuyeux mais assez astucieux du point de vue de l'argumentation sur ce que pourrait être cette fameuse "politique de civilisation". Le terme est peu mobilisateur et peut paraître creux, la méthode qu'il implique est plutôt pertinente:
  • définir une "politique de civilisation", c'est re-définir les objectifs, identifier de nouvelles priorités, en quelque sorte ré-écrire ce que les marketeux appelleraient le "mission statement" de la France. Changer les objectifs et les priorités, c'est bien l'argument le plus puissant justifiant la "rupture" et la conduite de nombreuses réformes (école, université, immigration, marché du travail, formation professionnelle, environnement, santé...);

  • faire adhérer à une "politique de civilisation", c'est également montrer que tout est lié (exemple: l'école, l'immigration et le marché du travail) et donc justifier la conduite de nombreuses réformes en parallèle et affirmer que l'on n'est pas là pour prendre des mesurettes techniques mais pour déclencher des changements profonds dans le pays.

Si l'on décrypte un peu, la manoeuvre est grossière mais cohérente. Même si l'on se veut critique, on ne peut taxer Sarko d'être fainéant et immobiliste. La seule crainte que l'on peut légitimement avoir concerne l'efficacité d'un faisceau dense de réformes castrées par les conservatismes technocratiques ou corporatistes, complexes dans leur application et porteuses de peu de bénéfices à court terme. On a, néanmoins et en tout cas, envie de lui dire "chiche, osez plus, changez plus,... c'est cela que nous voulons".

Au delà de cette "construction" autour de la "politique de civilisation", le reste est une sorte d'inventaire à la Prévert...

  • on va mesurer la croissance autrement qu'en calculant le PIB (ndr: Sarko parle de façon erronée du PNB qui est une mesure que l'on est bien incapable de faire de nos jours) et on a confié à des prix Nobel d'économie le soin de proposer quelque chose: pourquoi pas...

  • avec Carla, c'est du sérieux: espérons que la belle Turinoise ne va pas le larguer trop rapidement, il aurait l'air bête...

  • on va favoriser l'actionnariat salarié et élargir/augmenter les dispositifs d'intéressement et de participation: j'y suis personnellement favorable...

  • on va faire un Grand Paris comme il existe un Grand Londres: ça paraît plus qu'utile...

  • on va passer du G8 au G13 en recrutant le Brésil, la Chine, l'Inde, le Mexique et l'Afrique du Sud: le G11 paraît plus que plausible et une fort bonne idée, pas sûr que la Corée du Sud et l'Australie soient très satisfaites de se voir "voler leur siège" par la petite République Sud Africaine...

  • on ne va plus parler de "TVA sociale" parce que le terme est impropre (ndr: c'est vrai): très bien, on transférera sans doute des prélèvements du travail vers la consommation d'une autre manière...

  • on attribue les difficultés de la presse aux MNPP: sans doute un peu court comme explication mais partiellement exact...

  • on sonne la fin des 35 heures (ndr: qui demeurera la durée légale comme annoncé quelques jours plus tard aux parlementaires): il faut le faire...

  • ...
Deux "dossiers" ont toutefois attiré négativement mon attention au milieu de tout cela.

La possible suppression de la publicité sur France Télévisions: je ne vois vraiment pas l'intérêt de remplacer des revenus publicitaires par une taxe supplémentaire (sur les revenus des chaînes privées et des opérateurs Internet et mobiles). J'ai l'impression que le groupe France Télévisions pour lequel la publicité représente un gros tiers de ses revenus est sous la bonne pression conjointe d'une nécessité de bonne gestion (et il y a sûrement encore beaucoup à faire) et d'une quantité d'audience (ce qui n'est pas à opposer à la qualité du contenu comme semble le faire certains). Faire vivre tout ce petit monde de la redevance et d'une taxe nouvelle garantit une vigilance moindre en terme de gestion et ne garantit absolument pas une amélioration des contenus... On peut penser que la masse est bête mais si c'est vrai, elle ne regardera pas ce qui pourrait être intelligent et des chaînes de télé non regardées, ça ne fait pas avancer le schmillblick... On peut, au contraire, penser que les bons contenus attirent l'audience et, dans ce cas, pas de problème pour obtenir des revenus publicitaires...

La Caisse des Dépôts comme protectrice des intérêts économiques de la Nation... On est sur ce chapitre dans la démagogie pure: si l'on avait trouvé un fonds de retournement pour financer Alsthom à l'époque, tout le monde aurait été content (de même pour le "grand de la chimie" Pechiney -dixit Sarko qui voulait peut-être parler de Rhodia!). Si la France n'avait pas les finances publiques catastrophiques qu'elle a, alors, peut-être, pourrait-elle avoir un fonds souverain. Si on ne précise pas que tous les fonds d'investissement ne sont pas des "fonds spéculatifs chargés de dépecer les entreprises", on contribue à l'ignorance des uns et des autres sur la réalité de l'économie Française... Si les Indiens doivent acheter Capgemini un jour et les Chinois LVMH un peu plus tard, ce n'est pas les petits muscles de la CDC qui les en empêcheront ! Bref, plus de mesure et de réalisme auraient été nécessaires...


En résumé: un enthousiasme et une méthode de la rupture plutôt bienvenus, des erreurs et 8 premiers mois de Présidence qui peuvent rendre sceptique. Peut sans doute mieux faire...



3 Comments:

At 9:38 AM, janvier 15, 2008, Anonymous Anonyme a dit...

Bonjour,

Je lis ton blog depuis quelque temps et trouve tes billets très justes et détaillés.

Toutefois aujourd'hui, ton commentaire sur le financement par la pub de la TV publique me parait bien simple malheureusement :

Si pas de bon contenu, pas de pub, pas de revenu, si bon contenu pub et donc revenus... oui oui oui .. c'est quoi un bon contenu ?

Travaillant dans ce secteur depuis plus de 8 ans, ayant parlé à differentes TV publiques en france et en Suisse, je peux certifié que nos amis qui dirigent ses chaînes son dans une mission impossible :
1 - on veut faire de l'audience pour battre TF1
2 - On peut pas proposer ce type de programme ou de service mon bon monsieur, on est un service publique cf Culture, education, blablabla ..

Il faut decider, soit service publique avec les risque de perte d'audience, soit privée avec libertée totale, pas les fessses entre deux chaises parce que là c'est nous qui payons un TF1 like sans faire les revenus qui vont avec en Pub (c'est à dire que nous payons un redevance quand même) et sans avoir les contenus et des services différents.

Je suis donc pas d'accord sur ce point, et il et parfois bon de se confronter à la réalité et pour ma part, je trouve cela très bon la taxe sur les pubs des chaînes privée. au moins la ligne est claire.

Cordialement
Laurent.

 
At 10:02 AM, janvier 15, 2008, Blogger JP Chevallier a dit...

Bonjour,
Un lecteur de mon blog m'a indiqué le votre : très bien !
... et je vous recommande de voir le mien (!) :
jpchevallier.com
l'email que vous indiquez ne fonctionne pas

 
At 6:56 PM, janvier 16, 2008, Anonymous Anonyme a dit...

Politique Civilisation profitable à qui ? pour y faire quoi ? En tout cas pas à moi et fatalitas, je vois bien quelle catégorie sociale s’en pourlèche d’avance les babines.

Augmenter le pouvoir d’achat des nantis, c’est plus que possible, un devoir, celui du peuple d’en bas, a plus d’sous, tout dépensé, pas de chance. Autre exemple, éradication du déficit social. À une solution généreuse qui sauvegarde la capacité de la classe moyenne et des ouvriers, de se soigner, qui ne ponctionne pas le pouvoir d’achat des bas salaires et qui, de surcroît, crée de l’emploi, de la richesse, On préfère la méthode punitive ; Franchise et tutti quanti. En tt cas, pour rupture, y a rupture, peut être pas celle qu’il escomptait, out of my life, enfin si j’en avais le pouvoir.

Pub TV, et l’autre alternative (qui a ma préférence) c’est bizarre, il ne vient à l’idée de personne. « L’abrogation de la redevance », en voilà une idée qu’elle est bonne. En effet économiquement comment JUSTIFIER cette arnaque qui veut que l’on doivent payer un produit quand d’autres le mettent gracieusement à notre disposition? Si cela doit arriver, c’est forcément par choix perso, pour une prestation particulière, à la manière des chaînes cryptées.

Ce retrait de pub est d’autant plus irritant que nous serions face à un double financement, avec la taxe TV une première fois puis la taxe sur les FAI et autres qui tirent leur ressources de notre poche.

Vu la pléthore de chaine dit public, il serait pas étonnant que pour illustrer le vœu de politique de Civilisation sarkozien, la 2 soit cédé au mec super sympa qui n'arrête de lui payer ses vacances, 3 jours par ci, 15 jours par là. un bon exemple du travailler plus récompensé soit dit en passant. Trop fort.

Nicjack BauerSarko en panne d’action sur le pouvoir d’achat du peuple d’en bas, se prépare des lendemains sombres, avec le dépression éco qui se profile.
Amicalement

Maissi Ya.K.

 

Enregistrer un commentaire

 

Links to this post:


Créer un lien

<< Retour homepage