02 février 2008
par JDCh


Rien à foot...













Je suis un peu paresseux du "blog", en ce moment. Ce "post" sera donc court...

J'ai entendu, à la télévision du matin, un journaliste annoncer avec une forme de mini-révolte dans la voix que "l'Etat allait verser 32 millions d'euros à la Sécurité Sociale pour financer l'allègement de charges des sportifs professionnels". Ce serait au "contribuable de payer". Le contribuable Français serait le dindon de la farce... Quelle surprise !

L'affaire n'a pas fait la "une" des journaux et la seule trace que j'en ai trouvé sur le web se trouve dans les Cahiers du Football. Cette absence de reprise médiatique est bien normale tant la somme est ridicule au regard des 265 milliards d'euros d'impôts prélevés dans notre pays auquel il faut ajouter les 250 milliards de cotisations sociales prélevées "au titre du régime général". Le ton offusqué du "journaliste du service public" et le subliminal message selon lequel Pauleta, Cissé, Juninho & co seraient d'infâmes générateurs de déficit public est, par contre, tout à fait anormal. Nous sommes ici très proches de la désinformation et nous sommes, c'est sûr, dans le raisonnement économique erroné qui a si souvent mené notre pays à la "déclinite"... Démonstration...

Nous avons maintenant la chance d'avoir un club professionnel côté en bourse (l'OL) ce qui permet de mesurer la contribution fiscale et sociale d'un tel club. Si l'on excepte tous les impôts liés à la cession de joueurs (dont je dois avouer ne pas trop savoir comment les calculer), on s'aperçoit que l'OL a payé sur l'exercice fiscale 2006/2007:
  • 28 millions d'euros de TVA
  • 4 millions de taxes et versements assimilés
  • 2.5 millions d'impôt sur les sociétés (au titre de son exploitation courante)
  • Au moins 35 millions d'euros de charges sociales

soit un total d'au moins 70 millions d'euros d'impôts, taxes et cotisations sociales.

Si l'on fait l'hypothèse, très réaliste, que l'OL pèse à lui seul 10% du football professionnel Français, c'est donc au moins 700 millions d'euros de recettes fiscales et sociales que représente le football professionnel. Les 32 millions de notre journaliste "trostko-matinal" représentent donc moins de 5% de réduction visant à essayer de garder Benzema et Toulalan dans le championnat de France...

Les esprits chagrins diront, avec raison, que 5% c'est très insuffisant puisque Thierry Henry ou Anelka ne sont pas revenus jouer dans un club Français et puisque les 3 titulaires de l'équipe de France de la coupe du monde 2006 qui évoluaient à l'époque en France sont partis jouer à Chelsea (Malouda), au Bayern (Ribery) ou à Barcelone (Abidal). Les impôts et les charges sociales en excès ne sont pas bons pour le business...

Si, d'ailleurs, vous faites un calcul rapide pour savoir comment verser 100.000 euros nets d'impôts sur le revenu par mois à un joueur international Français suivant que vous soyez un club Français (en tenant compte du fameux allègement de charges lié au droits à l'image) ou Anglais vous arrivez aux côuts suivants: plus de 300.000 euros pour le club Français et moins de 150.000 euros pour le club britannique: pas étonnant que les joueurs préférent être payés 2 fois plus outre-manche ! Et ce calcul ne tient pas compte du fait que si le joueur Français évoluant au Royaume-Uni a des revenus additionnels (publicitaires par exemple) gagnés en dehors du Royaume-Uni, il ne paie aucun impôt sur ce revenu en Angleterre pendant ces premières années de résident fiscal étranger !

De la même façon que notre hallucinant taux de prélévements obligatoires (le plus fort d'Europe) est en train de rendre la Barclays League plus intéressante pour les téléspectateurs Français que notre rituel Lorient - Le Mans, l'économie Française a perdu ses meilleurs talents et parfois des entreprises toutes entières du fait de cette pression fiscale inconsidérée. Rappelons simplement que Londres est dorénavant la 4éme ville de France (puisque 500.000 français y résident): ils ne sont pas tous footballeurs, grands patrons ou banquiers d'affaires mais ils y ont quasiment tous un emploi et un salaire à faire rêver leurs homologues gaulois (à corriger cependant par le coût de la vie assez faramineux dans la capitale Anglaise).

Mon premier "post",il y a 2 ans, disait exactement la même chose, rien n'a visiblement changé au pays de Sarko...

Cet après-midi, moi, je regarde Manchester City - Arsenal ! Arsenal va gagner largement parce qu'ils ont plein d'évadés fiscaux...



0 Comments:

Enregistrer un commentaire

 

Links to this post:


Créer un lien

<< Retour homepage